Rénover une villa au Guatemala

81 / 100

Après avoir pris presque deux semaines de vacances, nous commençons les volontariats première mission; rénover une villa au Guatemala, enfin, c’était le projet.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

Fiche pratique

Lieux:
En plein centre de Guatemala city au Guatemale

Travail:
Aider à rénover une villa

Temps de travail:
5 heures par jours, 5 jours par semaine

Echange:
Une chambre privée avec salle de bain. Les repas ne sont pas compris

L’arrivée au Guatemala

Avant de commencer les volontariats, nous avons pris quelques jours de congé bien mérités. N’oublions pas que nous avons passés un an à préparer ce voyage et que les derniers mois ont été assez intenses entre travail, déménagement, aux revoirs, et tout le reste. Pour les détails, je vous renvoie à la rubrique avant le départ où je vous explique les étapes de l’idée à la concrétisation.

Maintenant que nous avons repris des forces, nous sommes parés pour “travailler”. Nous partons de Tapachula au Mexique, où nous passons une nuit avant de rejoindre Guatemala city. Mais le trajet qui devait durer 7 heures se transformera en 10 heures à cause d’un accident sur la route. Qu’à cela ne tienne, nous en profitons pour faire connaissance avec les autres usagers et améliorer notre espagnol.

Arrivé sur place, il nous faut de l’argent local (quedzal) et donc, une banque. Sauf que nous n’avons pas pensé que nous sommes dimanche et que dans les pays catholique, les bureaux sont fermés. Nous sommes fatigués et ce contre-temps nous contrarie fortement. Heureusement, nous trouvons un distributeur dans une pompe à essence à côté de la banque. Nous sommes sauvés et prenons le taxi jusqu’à l’adresse indiquée.

rénover une villa - place de Guatemala city, vue sur un bâtiment avec des passants

De surprises en surprises

Nous y voilà enfin! Sauf que personne n’est là pour nous accueillir. Après une demi-heure d’attente, un homme âgé nous montre notre chambre. Là, c’est la désillusion, une douche des plus sommaire, pas de lumière et ne parlons même pas du lit. Nous venons à peine de quitter notre confort occidental et nous sommes encore habitué à un certain standing.

La panique commence à monter, nous ne savons pas quoi faire. Nous contactons les filles qui nous ont engagés pour savoir s’il est possible d’arranger quelque chose, mais pas de réponse. Dans la foulée, nous envoyons un mail au site workaway pour connaître nos droits et leur demander s’ils interviennent dans ce genre de cas.

Seul au monde

Le helpdesk de workaway nous répond que nous devons nous arranger avec nos “patronnes”. Sauf que nous ne les avons pas vues et que nous ne savons pas exactement en quoi consiste le volontariat. Pour une première expérience, ça ne nous met pas en confiance. En plus, le taximan et les employés de la compagnie de bus nous ont mis en garde sur la dangerosité de la ville, il vaut mieux ne pas trop sortir la nuit quand on est un touriste blanc. Tous ces éléments mis ensemble ne nous donnent pas envie de rester. Mais avant de prendre une décision, nous voulons rencontrer nos “patronnes”. Qui sait, la situation n’est peut-être pas aussi désespérée qu’elle n’y parait.

Quelques éclaircissements

Nous attendons deux bonnes heures avant qu’elles n’arrivent. Nous sommes fatigués, nous voudrions prendre une douche et manger quelque chose. Mais avant, il faut régler les choses. Elles nous expliquent ce qu’elles attendent de nous. L’endroit où nous sommes appartient au papa de l’une d’elles, l’homme âgé qui nous a accueillit. Le travail de rénover une villa au Guatemala, consisterait à faire un chambranle de porte avec du matériel des plus sommaire. Bref, un job pour Mac Gyver! Ou au moins, d’un ébéniste confirmé. Mais il y a d’autres tâches, comme arranger l’atrium, en le décorant, en améliorant l’évacuation d’eau, etc.

C’est notre toute première expérience et rénover une villa au Guatemala sans outil et sans vraiment de connaissances dans le domaine du bâtiment nous semble compliqué. Maintenant que la mission est clarifiée, il est temps de parler du logement, nous voulons soit arranger la chambre, soit en changer. Finalement, nous descendrons le matelas dans une pièce du rez-de-chaussée munie d’une salle de bain fonctionnelle. Les choses semblent prendre forme. Seul petit bémol, l’endroit est remplis de cafards. Comment allons-nous nous sortir de cet engagement?

rénover une villa au Guatemala - restaurant du volontariat

Le dilem

Un repas bien mérité

Parce qu’elles sentent bien que nous ne sommes pas à l’aise, nos patronnes nous invitent à manger et à prendre une douche chez elles. C’est le même type de bâtiment avec un grand atrium au centre. C’est cosy, un peu vieillot, mais très bien décoré. Le repas est simple, quelques granolas maison et des fruits. L’attention est sincère et touchante, mais nous n’avons rien manger de toute la journée et ce maigre repas ne nous rassasie pas vraiment. Nous n’osons pas réclamer et profitons du moment pour faire connaissance. Elles aussi nous mettent en garde sur la dangerosité de la ville, tout ça ne nous rassure pas vraiment.

La nuit porte conseille

Après cet échange, nous sommes partagés, elles sont vraiment gentilles et attendrissantes, nous voudrions les aider. Mais les conditions du logement nous paraissent difficiles à supporter, les tâches demandées ne sont pas dans nos compétences et l’apparente dangerosité de l’endroit sont des éléments qui ne nous donnent pas envie de rester. La nuit porte conseil, nous verrons demain. Mais comme pour nous aider à prendre notre décision, c’est à ce moment-là que nous n’avons plus d’eau dans notre salle de bain. Il n’en fallait pas plus pour trancher, nous partirons demain, c’est décidé. Mais où? C’est une autre question.

Quelles sera l’étape suivante?

Allô, à l’eau

Nous menons notre enquête pour savoir pourquoi nous n’avons pas d’eau. Mais personne ne sait nous répondre et impossible de trouver une solution de rechange. Nous contactons à nouveau nos patronnes qui ne pourrons pas être là avant l’après-midi. Tout ça nous décide de plus en plus à partir. Tant qu’à attendre, autant mettre ce temps à profit. Nous commençons donc nos recherches pour savoir vers où nous allons nous diriger. Mais comme on réfléchit mieux l’estomac plein. Un tour en ville s’impose, mais surtout au magasin.

Visite de la ville

Nous avons quelques heures devant nous avant de voir nos patronnes et leur faire part de notre décision de partir. Ce serait dommage d’être venu jusqu’ici et de ne même pas avoir visité la ville. Nous commençons notre tour par la place et ses environs. Très vite, notre estomac nous rappelle à l’ordre et nous bifurquons vers le supermarché le plus proche pour trouver de quoi déjeuner. Maintenant que nous sommes rassasiés et que nous avons même de quoi grignoter, nous partons nous balader dans la ville. Guatemala city est riche en architecture et semble assez calme. Nous n’aurons bien entendu pas assez de ces quelques heures pour en faire le tour. De plus, nous profitons d’être en ville pour trouver le moyen de rejoindre notre prochain point de chute, Antigua.

Le départ de Guatemala city

rénover une villa au Guatemala - bus coloré

Arrive le moment de prévenir nos patronnes que nous avons décidé de partir. Elles sont compréhensives et nous amènent même à l’endroit où nous devons prendre le bus. Et comme si ce n’était pas assez, elles négocient le prix du trajet afin que nous ne nous fassions pas arnaquer. Malgré tout, quand le responsable du bus nous voit, il réclame un supplément pour nos bagages. En dépit de leurs efforts, nos patronnes n’arriveront pas à le faire changer d’avis. C’est le risque quand on est touriste. Nous avons le choix d’accepter ou de prendre un autre moyen de transport. Mais nous sommes novices et ça se voit. Avec le temps et l’expérience, nous nous renforcerons. Pour le moment, tout ce qui nous importe, c’est de partir et d’oublier l’idée de rénover une villa au Guatemala.

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement, n’hésitez pas à faire un don sur mon compte Paypal en cliquant sur le bouton.

Contact - vielles boites aux lettres en métal

Contactez moi

Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contacte avec mes lecteurs.
J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaitre, pour répondre à vos questions et connaitre votre avis sur mon travail.

    Maintenant que tu connais le contenu de ce blog, n’hésite pas à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

    This article was written by Just L

    Encore un blog voyage vous dites-vous et vous aurez bien raison. Mais avant de vous faire une idée, lisez ceci: Ce blog n'est pas comme les autres, pas question de vous vendre des photos de carte postale. Mon but en alimentant cette page est de partager mes expériences de voyage, mes joies, mes peurs, mes galères, mais également, mes astuces et mes bons plans. Le voyage, c'est ma drogue, découvrir des cultures, des façons de penser, de parler, de manger, etc. Voilà pourquoi je suis sur les routes, pour m'ouvrir l'esprit. Parce que je ne suis pas riche et parce que ça me permet d'être au cœur de la culture, je fais des volontariats, en règle générale chez des locaux. En échange de quelques heures de travail par jour, je suis logée gratuitement et parfois même nourrie. Partager avec les gens et leur montrer qu'il ne faut ni être superman, ni être riche pour découvrir le monde, c'est ça le but de ces pages. En espérant vous faire vivre ma passion.