Faire du savon au Costa Rica

89 / 100

Après le Nicaragua, nous voilà en route vers le Costa Rica où nous allons faire du savon et des produits à base d’huile de coco. Et pendant notre temps libre, partir à la découverte des plages, des animaux, des oiseaux et des insectes.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

Fiche pratique

Lieux:
Osa natural à Osa Peninsula au Costa Rica

Travail:
Faire et emballer du savon et des produits à base d’huile de coco

Temps de travail:
5 heures par jour, 5 jours par semaine

Echange:
Une maison derrière le magasin avec chambre, salle de bain et cuisine. Les repas ne sont pas compris.

Costa Rica - Maison en bois bleu

L’arrivée au Costa Rica

Pour rejoindre notre volontariat à Osa Peninsula au Costa Rica, nous devons dormir une nuit à San José, car nous arrivons en soirée et les bus à destination de cette partie du Costa Rica ne circulent qu’en journée. Nous voilà donc en direction de l’hostel que nous avons réservé via le site hostelworld. Notre choix s’est porté sur un endroit près de la station de bus, car nous ne sommes pas très rassurés de nous retrouver avec toutes nos affaires dehors à la nuit tombée. Ça ne fait qu’un mois que nous sommes sur les routes et nous avons encore de nombreuses peurs.

De plus, notre trajet entre le Nicaragua et le Costa Rica a duré 12 heures, même si nous avons dormi dans le bus, nous sommes fatigués et n’avons pas envie de parcourir tout la capitale Costa Ricaine de nuit. Bien sûr, nous pourrions prendre le taxi, mais si vous avez déjà lu quelques articles de ce blog, vous aurez compris que j’évite ce genre de dépense. Grâce à notre ami Maps.Me (lien android, lien apple), nous arrivons facilement à l’auberge. Le temps de déposer nos affaires et nous prenons la route pour le supermarché le plus proche afin de faire quelques achats pour le trajet du lendemain et pour le souper. De San José à Osa Peninsula, nous avons 8 heures de route, il nous faut de quoi grignoter pour ne pas mourir de faim, mais avouons-le aussi, pour tuer le temps.

A la découverte de notre nouveau volontariat

Nous arrivons à Osa Peninsula en fin d’après-midi et la seule chose que nous avons, c’est une adresse très vague “800 mètres ouest de la bomba osa” et pas de connexion internet. Puerto Jimenez n’est pas très grand, mais marcher des heures avec nos gros sacs, je dois dire que ça ne nous motive pas plus que ça. Nous demandons donc notre chemin à chaque personne que nous rencontrons, certains ne connaissent pas l’endroit et les autres nous disent que c’est vraiment loin. Pas très encourageant tout ça!

Je pense qu’entre ma définition de ce qu’est une longue marche et celle du reste du monde, il y un vrai fossé. Pour beaucoup de gens que j’ai rencontré, 15 minutes à pied, c’est loin. Ok, il m’arrive de marcher de longues heures d’affilées, mais quand même 15 minutes, ce n’est pas si long, non?

Finalement, il nous aura fallu moins de 30 minutes pour atteindre notre point de chute. À notre grand étonnement, nous sommes accueillis par d’autres volontaires. La patronne ne vit pas là et nous ne la rencontrerons que quelques jours plus tard. C’est la première fois que nous sommes face à ce genre de situation, il faut dire que ce n’est que notre troisième volontariat. En attendant que notre logement soit prêt, nous faisons connaissance avec l’une de nos collègues pendant que l’autre débarrasse ses affaires de la maison.

Visite rapide du village

Costa Rica - Village de Osa Peninsula

La nourriture n’est pas comprise, nous devons donc faire quelques courses avant de nous installer. Mais la priorité est de trouver une banque pour retirer des colons (monnaie locale). Depuis le début de notre voyage, nous avons pris l’habitude de payer en cash, ce qui nous permet de garder un œil sur nos dépenses en plus du tableau Excel que Julien a mis en place et qu’il remplit consciencieusement.

Pourquoi nous payons uniquement en cash?
– D’abord, ça nous permet de garder un œil sur nos finances.
– Ensuite, ça limite les frais de banque, car le fait de payer avec une carte étrangère, chaque côté charge des frais.
– Et finalement, ça permet un anonymat complet sur vos achats.

Lorsque nous arrivons au magasin, tout nous semble très cher. Il faut dire que la vie au Nicaragua est très bon marché comparé au Costa Rica, qui est l’un des pays les plus chers de l’Amérique Latine (en tout cas, en 2018). Y a-t-il un lien avec le fait que beaucoup d’Américains sont venus s’installer ici? Ça me paraît probable, mais ce n’est qu’une conclusion personnelle. Je développerais d’ailleurs ce sujet dans l’un de mes articles.

Fabriquons du savon

Dès le lendemain, nous commençons à travailler et faisons la rencontre de notre collègue Katty et de sa fille de 4 ans Valesca. Elle ne parle qu’espagnol, un très bon exercice pour nous, même si parfois, ça rend la communication compliquée. Parce que malgré notre année d’apprentissage, nous manquons de pratique et surtout de vocabulaire, heureusement pour nous, elle est patiente et adorable.

Le travail consiste surtout à emballer et étiqueter les savons, remplir les flacons avec les différents produits, crème, shampoing, après-shampoing, huiles, etc. Katty fait les mélanges pour les savons, les huiles et les répulsifs anti-moustiques. Pour ce qui est des shampoings, après-shampoings et crèmes, c’est la patronne qui s’en occupe. Alison, la propriétaire de cette petite entreprise, est une Américaine, elle a étudié la chimie et s’est installée au Costa Rica il y a plus de 20 ans pour lancer son commerce.

Ça fait déjà quelques jours que nous travaillons quand nous la rencontrons. J’ai beaucoup de mal à la comprendre, d’abord parce que mon niveau d’anglais est très mauvais, ensuite, parce que je ne suis pas habituée à l’accent américain et quand elle parle espagnol, c’est pire à cause de son accent anglais, mon cerveau cherche à traduire de l’anglais et pas de l’espagnol.

Apprendre à mettre ses limites

Après moins d’une semaine, nous avons déjà travaillé plus que ce qui n’est convenu dans l’annonce. Il faut dire qu’à la fin de la semaine, il y a un gros festival non loin de là et Alison a l’habitude d’y installer un stand de vente, elle a donc besoin de stock conséquent. Nous aimons bien Katty et nous nous sentons coupable de la laisser faire tout le travail seule alors que nous sommes là pour l’aider. Mais quand Alison nous demande de la remplacer pour les ventes dans un hôtel de luxe le vendredi, c’est le moment idéal d’apprendre à se respecter.

Autant Julien que moi avons de grosses difficultés à mettre nos limites et cette demande est l’opportunité rêvée pour pratiquer et trouver un compromis. Mais comment lui dire sans être désagréable, ni se sentir coupable? C’est moi qui m’y colle. Je lui explique donc gentiment que l’annonce propose 5 heures par jour, 5 jours par semaine et que nous avons déjà presque dépassé ce cota. Je lui propose, dans ce cas, de nous accorder un jour de récupération pour compenser les heures supplémentaires. Elle est très compréhensive et accepte. Finalement, le dialogue reste toujours la meilleure solution.

Costa Rica - Soleil vu de la canopée

A la découverte des plages du Costa Rica

Apprenons à faire de l’auto-stop au Costa Rica

Nous avons l’habitude de beaucoup marcher et nous partons à la découverte des environs. Mais les plages sont assez éloignées, certaines personnes nous disent que l’auto-stop est une pratique courante dans cette région. Nous nous essayons donc à ce nouveau sport.

Apparemment, il y aurait beaucoup de touristes en sac à dos qui feraient du trafic de drogue dans cette région. Il serait arrivé que certains locaux aient été accusés parce qu’ils avaient des auto-stoppeurs-traficants dans leur voiture. Voilà pourquoi ils chargent les gens à l’arrière de leur pick-up et pas dans l’habitacle.

Les plages du Costa Rica

Nous sommes restés presque 3 semaines à Osa Peninsula, autant vous dire, qu’on a eu le temps de visiter quelques plages. Au moment où nous étions là-bas, il y avait peu d’hôtel et encore moins en bord de mer. Pour tout dire, je n’en ai vu qu’un, c’était début 2018. Mais entre le moment où je l’ai vécu, le moment où j’ai publié cet article et celui où vous le lirez, les choses auront pu grandement changer. Ce que je veux dire, c’est que le tourisme évolue très vite et que les hôtels poussent comme des champignons, je ne peux donc pas garantir que si vous vous rendez là-bas, vous trouverez les plages désertes qui illustrent cet article.

Trêve de digression et de remplissage, parlons des plages du Costa Rica et plus précisément de Osa Peninsula. Elles étaient vides, nous croisons de temps en temps d’autres touristes, une famille, un couple, jamais plus de 10 personnes et pas tous les jours. Vous vous imaginez un peu ça? Des plages désertes à perte de vue? Bon, il faut dire que sur certaines plages, nager est assez compliquée parce qu’il y a beaucoup de pierres et parfois, il faut marcher plusieurs mètres pour avoir une profondeur décente pour la baignade. Mais rien que marcher d’une plage à l’autre est un enchantement et tellement reposant.

La faune à Osa Peninsula

Pour moi qui adore la nature, cet endroit est le paradis, chaque jour nous croisons de nouveaux animaux, insectes ou plantes. Parce que j’adore marcher et me baigner, nous partons à peu près tous les jours nous balader pendant plusieurs heures. Nous allons voir les plages et découvrons également le village et ses environs.

Comme je vous l’ai déjà dit, nous sommes restés 3 semaines à Osa Peninsula et chaque jour, je me dis que je ne peux rien voir de plus. Et bien, je me trompe! Où que je regarde, il y a quelque chose de nouveau à découvrir, un insecte, un animal, un arbre ou autre. Le plus impressionnant c’est la journée de vente dans cet hôtel de luxe, nous sommes au-dessus de la canopée et c’est juste magique. Finalement, cette journée m’a offert la chance de profiter de la vue et des animaux dans un décor juste impressionnant.

En conclusion, faire du savon au Costa Rica

Après trois semaines, nous reprenons la route vers notre prochaine destination, le Pérou où nous ferons notre deuxième volontariat spontané, nous occuper de chats. Mais avant, nous faisons un souper d’au revoir chez notre collègue Katty et enregistrons les souvenirs. C’est ici que l’idée du blog et de la suite du voyage ont éclot. La question qui revient souvent, quel est mon pays préféré? Pour être honnête, ils ont tous du positif et du négatif, mais la nature du Costa Rica le place dans mes préférés. Malheureusement, il est envahi par les Américains et de mon point de vue, ça dénature ce magnifique pays.

Costa Rica - Fleur de la passion

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement, n’hésitez pas à faire un don sur mon compte Paypal en cliquant sur le bouton.

Contact - vielles boites aux lettres en métal

Contactez moi

Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contacte avec mes lecteurs.
J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaitre, pour répondre à vos questions et connaitre votre avis sur mon travail.

    This article was written by Just L

    Encore un blog voyage vous dites-vous et vous aurez bien raison. Mais avant de vous faire une idée, lisez ceci: Ce blog n'est pas comme les autres, pas question de vous vendre des photos de carte postale. Mon but en alimentant cette page est de partager mes expériences de voyage, mes joies, mes peurs, mes galères, mais également, mes astuces et mes bons plans. Le voyage, c'est ma drogue, découvrir des cultures, des façons de penser, de parler, de manger, etc. Voilà pourquoi je suis sur les routes, pour m'ouvrir l'esprit. Parce que je ne suis pas riche et parce que ça me permet d'être au cœur de la culture, je fais des volontariats, en règle générale chez des locaux. En échange de quelques heures de travail par jour, je suis logée gratuitement et parfois même nourrie. Partager avec les gens et leur montrer qu'il ne faut ni être superman, ni être riche pour découvrir le monde, c'est ça le but de ces pages. En espérant vous faire vivre ma passion.