S’occuper de chats au Pérou

83 / 100

Après quelques jours à Cusco entre visite et recherche de volontariat, notre hôte nous envoi chez un de ses amis qui a besoin de volontaires pour s’occuper de chats. La rencontre avec Diego, un garçon hors du commun.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

Fiche pratique

Lieux:
Urubamba (valle sacrado Pérou)
Travail:
Nettoyer des litières, bricolager, nourrir les chats et s’en occuper (jouer avec eux, leur faire des câlins, etc)
Temps de travail:
5 heures / jours, 5 jours / semaine
Échange:
Une chambre privée, quand il y a une location, le repas

L’arrivée à Urubamba

Direction Urumbamba dans la vallée sacrée au départ de Cusco. C’est accompagné de Maïténa, une amie de notre propriétaire, que nous nous rendons en bus vers la guesthouse de Diego. De là-bas, nous nous rapprochons du Machu Picchu, seul lieu touristique que je veux ABSOLUMENT voir en Amérique Latine.

Après presque deux heures de trajet, nous arrivons dans la ville et marchons encore une vingtaine de minutes pour rejoindre Mishi Wasi (c’est le nom de cet endroit.). Mishi, vient du mot Michi qui veut dire chat en Quetchua (une des langues indigènes de la région) et Wasi, signifie maison. Nous sommes accueillis par les chats et nous voilà à notre prochain volontariat. Sauf qu’il semblerait qu’il y ait un petit mal-entendu; Diego pensait d’abord nous rencontrer et si le courant passait, nous aurions pu revenir plus tard pour commencer à travailler avec lui.

D’autre part, il a déjà un volontaire et n’avait pas prévu plus de main d’œuvre dans l’immédiat. C’est assez ennuyeux, nous sommes là avec tout nos sacs et n’avons pas très envie de refaire le chemin inverse pour peut-être revenir dans une ou plusieurs semaines. Heureusement, il accepte que nous restions et nous donne même une chambre VIP. Je dois reconnaître que pendant un moment, la crainte de repartir bredouille m’a envahi.

Quel est le but de ce lieu?

Les chats en priorité

S'occuper de chats au Perou - chaton roux dans un vieux téléviseur

Diego est un amoureux des félins, il en a déjà une bonne dizaine quand nous y sommes. L’objectif de ce lieu est de recueillir les chats errants du village pour leur trouver une famille. Pour se faire, il s’assure de leur état de santé, au besoin les soigne et parfois, les emmène chez le vétérinaire. Dès qu’ils sont en âge d’être autonomes et qu’ils sont stérilisés, il leurs trouve une famille qui prendra soin d’eux pour laisser la place à d’autres malheureux.

Pour ce projet, il a construit un enclos où les petites bêtes à quatre pattes ont tout le confort. Des vieux pneus pour se cacher et grimper, des troncs d’arbre pour faire leurs griffes, des vieux téléviseurs avec des couvertures pour se reposer dans un endroit douillet et bien sûr des litières, des gamelles d’eau et de nourriture. Pour le contacter où voir ses publications, voici la page Facebook de Mishi Wasi.

La guesthouse

Guesthouse urubamba Pérou

Pour financer tout ça, Diego a l’idée de partager sa passion des minous en créant ce lieu hors du commun. À notre arrivée, le projet n’est qu’à ses débuts. Son objectif, attirer les amoureux des chats comme lui en leur proposant de louer une chambre dans un endroit calme au milieu des montagnes tout en pouvant cajoler ses amis poilus.

Pour finaliser tout ça, il a besoin de volontaires; pour jardiner, s’occuper des chats, bricoler et bien d’autres activités. Pendant cette phase de préparation, il veut d’abord utiliser l’argent des locations pour nourrir les personnes qui l’aident et dès que sa guesthouse tournera à plein régime, l’argent sera partagé entre la nourriture pour les volontaires et les soins pour les chats. Pour le moment, il réalise des vidéos pour une chaîne américaine et utilise ses propres fonds pour financer son initiative. Depuis peu, il a lancé un crowdfunding pour récolter des fonds. Si vous voulez en savoir plus sur ce projet audacieux et que vous voulez le soutenir, je vous invite à visiter sa page sur gofundme.

Quel était notre travail en tant que volontaire

Comme je vous l’ai dit plus haut, Diego ne pensait pas prendre d’autres volontaires, mais il y a beaucoup de choses à faire ici et il nous trouve vite des occupations. Les chats ont leur “chambre” avec litière, etc. Malheureusement, certains ne sont pas encore propres et il est parfois nécessaire de nettoyer le sol.

Notre routine du matin consiste donc, d’abord à libérer les fauves pour les laisser gambader dans le jardin, ensuite, nettoyer leur chambre, changer les litières et les nourrir. Après, nous avons quelques tâches dans le jardin, comme planter des fleurs, dessiner un chemin avec des galets trouvé dans la propriété. Et bien entendu câliner ses petites boules de poil.

Les activités hors volontariats

Diego est quelqu’un de très généreux, il partage volontiers ses connaissances. Il aime également faire découvrir sa région et ses alentours. Il faut dire que la vallée sacrée est une région remplie d’histoire et de paysages époustouflants quand on aime marcher en pleine nature.

Une cérémonie à la PachaMama

Comme je vous l’ai dit, cet endroit est un lieu très convivial et les amis de Diego lui rendent visite régulièrement et restent généralement quelques jours pour profiter du calme de l’endroit. Un soir, trois de ses amies sont venues, l’une d’entre elle est Venezuelienne et nous prépare une spécialité locale, des arepas. Ce sont des galettes de maïs fourrées avec du fromage, des haricots, de l’avocat, du maïs et de la viande (poulet ou bœuf). Pour ceux qui voudraient tenter la recette, je vous envoie sur mangezplus.

Arepas

Après ce bon repas, elle nous propose une cérémonie à la PachaMama. Mais qu’est-ce que c’est que ça? La PachaMama est la terre-mère, Pacha en Quechua (l’une des langues parlée dans certaines régions de l’Amérique latine et héritée des Incas) veut dire “terre” et Mama, “maman”. Pour la cérémonie, nous avons besoin de feuille de coca. Le rite consiste à quelques incantations et à partager des feuilles de coca. Le partage et les incantations finis, nous terminons la soirée autour d’un grand feu pendant que notre nouvelle amie lit notre avenir dans les cartes.

L’utilité des feuilles de coca

Dans ce pays perché au-dessus des montagnes, l’air se fait parfois assez pauvre en oxygène. Il faut savoir que la région de Cusco est l’une des plus hautes du monde, environs 3400 m de haut. Venant de Belgique où le point le plus haut culmine à environs 700 m, vous comprenez que nous ayons besoin de nous acclimater, il est donc conseillé de mâcher des feuilles de coca ou de boire des infusions à base de cette plante. Celles-ci aident à ouvrir les alvéoles pulmonaires et donc à respirer plus efficacement. Pour ceux qui pensent que c’est un dérivé de la cocaïne, je vous envoie sur cette page qui explique bien son utilisation, ainsi que la polémique qui réside autour d’elle.

Une balade en montagne

Le lendemain, nous partons tous ensemble en bus pour une longue balade en montagne. Diego semble savoir où il va, mais après plusieurs heures à gambader, il semblerait que nous soyons perdus. Au beau milieu des montagnes nous ne savons ni comment, ni combien de temps il nous faudrait pour rejoindre la route, et la nuit tombe vite au Pérou. Être coincée en altitude après le coucher du soleil, j’avoue que ça me fait un peu peur.

Je ne sais par quel miracle, nous retrouvons notre chemin et arrivons près d’une route que Diego connaît. À la nuit tombée, nous attrapons un bus et rentrons à la guesthouse. Cette escapade, même si un peu stressante, nous a permis de voir des paysages époustouflants. Comme quoi, se perde peut parfois avoir du bon.

Je dois avouer que j’aime beaucoup me perdre. Il m’arrive d’ailleurs régulièrement d’emprunter des petits sentiers et de me balader de longues heures sans savoir où je vais atterrir. Et ce, au grand désarroi de Julien qui me rappelle souvent le nombre de fois où nous avons eu de grosses frayeurs à cause de mon esprit d’aventure. Mais cette pratique m’a permis de faire tellement de merveilleuses découvertes que je ne voudrais pas l’abandonner.

Les salineras de Maras

Les salineras de Maras vue du haut

Je vous en parlerais plus en détail dans un prochain article sur les endroits à visiter aux alentours d’Urubamba.

Notre visite du lieu

Nous arrivons à Maras avec notre collègue Thomas, nous savons que c’est d’ici qu’il faut partir pour rejoindre les salineras, par contre, nous ne connaissons pas la direction à prendre. Bien sûr, nous pourrions prendre un taxi, mais ces montagnes sont magnifiques, ce serait dommage d’aller trop vite et de rater des photos.

Après avoir demandé le chemin à des marchands, nous nous aventurons dans les collines et suivons ce que nous indique Maps.me. Après deux heures de marche, nous y voilà, ces bassins perdus dans la verdure et offrant un contraste magnifique nous font oublier notre longue marche. L’entrée est payante, même si ce n’est pas très cher, de mon point de vue, elle n’est pas justifiée, car il n’y a rien de plus à voir à l’intérieur que de l’extérieur, pas une seule information n’est disponible, à moins de payer un guide. Nous nous contenterons donc de faire le tour et de prendre quelques photos. Google sera notre guide à notre retour et nous expliquera ce que nous avons besoin de savoir.

Le Machu Picchu

Je vous l’ai dit au début de cet article, le Machu Picchu est le seul endroit touristique que je voulais absolument voir en Amérique Latine. Je dois avouer que je me renseigne très peu sur les endroits à visiter dans les régions où je vais. Je vous expliquerais pourquoi dans un prochain article.

Machu Picchu

Lors de notre arrivée au Pérou, nous avons passé une nuit à l’aéroport de Lima, ça aussi, je vous le détaillerai. Au cours de cette nuit, nous faisons la rencontre de Céline, une Française qui voyage depuis 2 ans en Amérique Latine. Elle attend son avion pour rentrer en France, ses finances sont au plus bas. Et comme beaucoup de bagpackers, elle retourne chez elle pour travailler et économiser de l’argent dans l’espoir de repartir au plus vite. Elle a passé beaucoup de temps au Pérou et nous donne toutes ses astuces pour rejoindre le Machu Picchu. Ça aussi, je vous l’expliquerais en long et en large.

La route vers le Machu Picchu

De nouveau, c’est accompagné de notre collègue Thomas que nous partons vers le Machu Picchu. Mais sur les conseils de Diego, nous prenons le taxi vers les Cocamayo termas de Santa Teresa. Nous y passons la matinée avant de rejoindre Santa Teresa pour le dîner. Avant de sauter dans un taxi direction d’Hydroeletrica, d’où nous ferons une marche de 3 heures le long du chemin de fer pour atteindre Aguas Calientes.

Marche le long du chemin de fer pour rejoindre le Machu Picchu

Aguas Calientes est un village qui s’est développé essentiellement autour du Machu Picchu et des touristes qu’il attire. Personnellement, j’ai trouvé cet endroit artificiel, mais nous faisons un stop de 2 nuits juste pour passer la journée dans le Machu Picchu. Ce périple sera détaillé dans un prochain article.

Retour à Urubamba

Retour à notre volontariat où nous restons encore quelques jours. Des amis de Thomas viennent renforcer l’équipe et vont dessiner un fresque murale autours du thème des chats (bien entendu). De notre côté, nous créons un “arc-en-ciel” en faisant deux arcs de cercle avec des barres à mine où nous plaçons des foulards à intervalles régulier pour que les chats puissent grimper et s’amuser.

Voilà déjà le moment de partir, nous prenons la route vers la Bolivie où nous faisons notre troisième volontariat spontané, cette fois, nous rénovons des chambres dans une chambre d’hôte.

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement, n’hésitez pas à faire un don sur mon compte Revolut LT55 3250 0084 8026 0066.

Contact - vielles boites aux lettres en métal

Contactez moi

Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contacte avec mes lecteurs.
J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaitre, pour répondre à vos questions et connaitre votre avis sur mon travail.

    This article was written by Just L

    Encore un blog voyage vous dites-vous et vous aurez bien raison. Mais avant de vous faire une idée, lisez ceci: Ce blog n'est pas comme les autres, pas question de vous vendre des photos de carte postale. Mon but en alimentant cette page est de partager mes expériences de voyage, mes joies, mes peurs, mes galères, mais également, mes astuces et mes bons plans. Le voyage, c'est ma drogue, découvrir des cultures, des façons de penser, de parler, de manger, etc. Voilà pourquoi je suis sur les routes, pour m'ouvrir l'esprit. Parce que je ne suis pas riche et parce que ça me permet d'être au cœur de la culture, je fais des volontariats, en règle générale chez des locaux. En échange de quelques heures de travail par jour, je suis logée gratuitement et parfois même nourrie. Partager avec les gens et leur montrer qu'il ne faut ni être superman, ni être riche pour découvrir le monde, c'est ça le but de ces pages. En espérant vous faire vivre ma passion.