Travailler dans une quinta en Argentine

82 / 100

Notre premier volontariat avec HelpX. Moi qui adore les chevaux, aider dans une quinta, c’est le top, en plus, il y a une grande piscine. Je sens que ça va être très sympa ce volontariat.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

Fiche pratique

Lieux:
Vicente Casares en Argentine
Travail:
Aider dans la quinta, nettoyer les box des chevaux, nourrir les poules, nettoyer la piscine, balayer les feuilles mortes.
Temps de travail:
6 heures par jour, 5 jours par semaine
Échange:
Une petite maisonnette avec trois chambres, une salle de bain, une cuisine et un salon. Nous faisons nos repas, mais les ingrédients sont fournis.

L’arrivée à Vicente Casares

Nous arrivons par Buenos Aires où nous passons une nuit avant de nous rendre à Vicente Casares à une heure en train ou en minibus de la capitale. Notre arrivée en Argentine est assez épique, mais je vous en parlerais dans un prochain article.

Jardin de la Quinta sous le coucher de soleil

Sur les conseils de notre nouvelle patronne, nous prenons le minibus qui nous arrête à vingt minutes à pied de notre nouveau volontariat. En sueur et chargés comme des mulets, nous voilà à l’emplacement indiqué. Nous faisons la rencontre de la maman qui nous montre notre nouvelle maison. Déchargés de notre paquetage, nous partons faire le tour de la propriété.

Visite des lieux

D’abord, elle nous montre la piscine, et c’est à mon grand désarroi qu’elle nous annonce qu’elle n’a pas été utilisée depuis plusieurs mois et que les canards et autres animaux de la quinta ont envahis les lieux. Elle commencera à la vider dès le lendemain, mais vu la taille (25 mètres de long et 4 mètres de profondeur), il faudra plusieurs jours pour qu’elle soit complètement asséchée. L’étape suivante sera de la laver et il faudra encore entre 3 et 4 jours pour la remplir.

Moi, la folle de natation, je suis très déçue. Je me voyais déjà faire un plongeon à notre arrivée, c’est raté. Par contre, l’endroit est immense, elle nous emmène vers les écuries où 6 chevaux et une vache cohabitent. Notre tâche sera de les emmener tous les matins dans la prairie et de les rentrer le soir. Nous nous dirigeons maintenant vers le poulailler où les poules et les canards nous accueillent à coup de grands cris. Une autre de nos tâches sera de récolter les œufs chaque soir.

Les présentations aux animaux

Maisonnette de la quinta

En plus des chevaux, des poules, des canards et de la vaches, il y a quatre chiens dans la maison, dont deux rottweilers. Sous leurs airs menaçants, ils sont adorables et nous adoptent assez vite. Il faut dire que nous aimons les animaux et ils le sentent.

Pour ce qui est des canards, ce n’est pas la même histoire, ils sont réticents et sentent certainement que leurs regards menaçants nous impressionnent. Les poules, quant à elles ne se soucient pas trop de notre arrivée et les chevaux sont conciliants.

Les premiers jours

En passant la frontière de la Bolivie vers l’Argentine, Julien fait tomber notre pc portable et casse l’écran. C’est mon outil de travail et je ne peux pas rester sans ordinateur. Il nous faut donc trouver un moyen de le réparer au plus vite. En plus, peut-être un peu trop radin, nous commençons par essayer de régler le problème par nous-même. Mais nous n’avons absolument aucune connaissance en matière de démontage d’ordinateur et malgré l’aide de Google, je suis beaucoup trop nerveuse et pas assez patiente. Dans mon empressement et mon stress, j’abîme le clavier, et certaines lettres ne fonctionnent plus.

Bref, à peine arrivé, nous devons prendre des congé pour nous rendre à Cañuelas, la ville la plus proche en train pour faire réparer notre écran. Heureusement, les lignes de train en Argentine sont très efficaces et bon marché. Pour info, le lien vers le site. Et celui de la carte de la ligne de train entre Buenos Aires et Cañuelas, Vicente Casares est le quatrième arrêt avant Cañuelas. Arrivés sur place, nous trouvons la boutique d’ordinateur où ils nous annoncent que ça prendra une semaine pour avoir l’écran, mais que, pour le clavier, il ne savent pas nous aider, car il est impossible de trouver un modèle AZERTY ici. Je me contenterais d’un clavier externe en QWERTY jusqu’à notre prochain passage en Belgique.

Station de train de Vicente Casares, train en gare

Commençons à travailler

La piscine en priorité

La vidange de la piscine et son remplissage se feront en plusieurs étapes. D’abord, presque une semaine pour la vider, car la pompe est petite et la piscine vraiment très grande. Ensuite, deux jours pour nettoyer toute la surface. Je dois reconnaître que c’est assez comique d’être dans une piscine vide. En tout cas, moi, ça m’a beaucoup fait rire et comme une enfant, je joue avec l’écho. Dernière étape, le remplissage qui prendra encore plusieurs jours.

Piscine de la quinta à Vicente Casares

Commençons le travail de quinta avec les animaux

Ici, il y a beaucoup d’activités différentes, organisation de mariage, dressage de chevaux et autres. Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à visiter leur page Facebook. Comme je vous l’expliquais plus haut, parmi nos différentes tâches, nous devons récolter les œufs tous les soirs. La journée, nous faisons des choses très différentes. Il y a l’entretien de l’endroit, ramassage des feuilles, peindre les barrières, nettoyer les boxes des chevaux, graisser les selles et les différents éléments de cuir pour les chevaux, emmener les chevaux et la vache à la prairie, sont quelques-unes des tâches qui nous sont confiées.

Les chevaux de la quinta

Nous sommes donc chargés d’emmener les chevaux vers la prairie tous les matins et de les rentrer près de leur box tous les soirs. En générale, ça va assez vite, sauf quand l’un d’eux brise la clôture et part gambader n’importe où dans la propriété suivi du reste de la troupe bien entendu. Nous ne sommes pas très familiers avec les chevaux et devons être ferme pour rassembler tout ce petit monde. La première fois, la propriétaire nous vient en aide. Mais la deuxième fois, elle est de sortie, ça nous prend une bonne heure pour que tous soient rentrés. En dehors de ça un jour sur trois, nous devons aussi nettoyer les box et cirer les éléments de cuir, selles et autre. Mine de rien, ce travail est assez physique, nous qui sommes novice dans le monde de l’équitation, nous ne nous imaginions pas ça.

S’occuper de la volaille

Une quinta, ce ne sont pas que des chevaux, les poules veulent aussi avoir un endroit propre pour pondre en toute tranquillité. Quand les box sont propres, nous continuons donc vers le poulailler. D’abord, vider le foin remplir d’excréments pour le remplacer par une paillasse toute propre. Un vrai travail de fermier, une grande première pour nous, petits citadins européens.

La visite des alentours

Réparer notre ordinateur à Cañuelas

Un peu d’histoire pour commencer

La première délimitation de la ville date de 1865, mais avant cela, c’était déjà une zone à profil rurale. Par contre, dès 1823, on y trouve une école réservée exclusivement à des élèves masculins. En 1825, Felipe Senillosa dessine le premier plan de la ville. L’exportation du blé de la région dès 1871 aide à la croissance de la ville, mais l’arrivée du chemin de fer en 1875 signe un grand tournant pour la région. (source wikipedia)

Maison communale de Cañuelas vu du pied

Notre expérience sur place

Comme je vous l’explique plus haut pour changer l’écran de notre ordinateur, nous devons aller jusqu’à la ville la plus proche, Cañuelas. Car à Vicente Casares, c’est pas qu’il n’y a rien, mais le glacier et le boulanger n’ont ni le matériel, ni les compétences pour nous aider. Le train est le moyen le plus rapide, le plus économique et le plus commode pour arriver jusque-là. Nous avons également testé le bus, mais il n’y a pas photo, le train reste notre préférence.

Nous sommes donc à moins d’une heure de la Quinta en transport en commun, cette “ville” est bien loin de ce que nous connaissons en Europe, quelques commerces par-ci par-là et la banque, mais ni musée, ni même info tourisme. Nous viendrons à plusieurs reprises, pour l’ordinateur et pour le supermarché.

Vicente Casares et ses mystères

Un peu d’histoire pour commencer

Ce village tient son nom de l’un de ses habitants célèbres Vicente Lorenzo Casares. Qui fût entre autres, le fondateur de l’entreprise laitière la plus célèbre d’Argentine, La Martona dont le lait provient de ses 52 fermes qui s’étendent sur une surface de 7000 hectares. Cette entreprise introduit la pasteurisation et l’emballage du beurre dans du papier sulfurisé au lieu d’un linge de tissus. En plus d’être un entrepreneur et un homme d’affaire, il fait aussi partie du monde politique.

Notre expérience sur place

Ce petit village est rempli de légendes urbaines et de lieux abandonnés. Nous arrivons en dehors de la saison touristique, la plupart des commerces, sont fermés. Au grand désarroi de Julien, le glacier ne sera ouvert que quelques jours après notre arrivée. Ce n’est qu’à la fin de notre séjour que nous apprenons l’existence et la légende La Martona qui raconte qu’il existerait de nombreuses morts inexpliquées dans cette entreprise dont des employés, mais également l’une des filles du propriétaire. Nous partons donc à la découverte de l’usine abandonnée où malheureusement pour moi, on ne peut pas rentrer. Nous nous dirigeons donc vers la ferme et rencontrons le gardien qui nous dit que si nous avions pris rendez-vous, nous aurions pu visiter la maison. Malheureusement, nous partons le lendemain, trop tard.

Arrive déjà le moment de quitter cet endroit plein de mystères, nous passons encore trois jours à Buenos avant de prendre la direction du Chili où nous allons aider dans une famille.

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement, n’hésitez pas à faire un don sur mon compte Revolut LT55 3250 0084 8026 0066.

Contact - vielles boites aux lettres en métal

Contactez moi

Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contacte avec mes lecteurs.
J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaitre, pour répondre à vos questions et connaitre votre avis sur mon travail.

    Maintenant que tu connais le contenu de ce blog, n’hésite pas à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

    This article was written by Just L

    Encore un blog voyage vous dites-vous et vous aurez bien raison. Mais avant de vous faire une idée, lisez ceci: Ce blog n'est pas comme les autres, pas question de vous vendre des photos de carte postale. Mon but en alimentant cette page est de partager mes expériences de voyage, mes joies, mes peurs, mes galères, mais également, mes astuces et mes bons plans. Le voyage, c'est ma drogue, découvrir des cultures, des façons de penser, de parler, de manger, etc. Voilà pourquoi je suis sur les routes, pour m'ouvrir l'esprit. Parce que je ne suis pas riche et parce que ça me permet d'être au cœur de la culture, je fais des volontariats, en règle générale chez des locaux. En échange de quelques heures de travail par jour, je suis logée gratuitement et parfois même nourrie. Partager avec les gens et leur montrer qu'il ne faut ni être superman, ni être riche pour découvrir le monde, c'est ça le but de ces pages. En espérant vous faire vivre ma passion.