Vadrouille en Amérique Latine

Vadrouille en AMérique Latine - marché Guatemaltèque avec en avant-plan deux femmes avec un panier sur la tête

Comme vous le savez maintenant, en janvier 2018, nous avons quitté la Belgique pour partir à la découverte de l’Amérique Latine. L’idée; faire des volontariats et découvrir ce continent pour trouver un endroit où nous installer et commencer une nouvelle vie. Entre volontariat et tourisme. Je vous partage nos trouvailles des sites touristiques et de coins paumés.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris à la newsletter pour ne plus rater aucun article !

Avant-propos, quelques détails importants :

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je voudrais vous partager quelques informations qui me semblent importantes à connaître avant de commencer à parcourir L’Amérique Latine.

Cuba, Costa Rica, République Dominicaine et Colombie :
Pour entrer dans ces pays, l’immigration exige une preuve de sortie, un billet d’avion, de bus ou de bateau. Pas d’entrée sans un ticket de sortie (un peu comme aux USA). Plusieurs options s’offrent à vous, si vous ne savez pas encore quand, ou où aller, il est possible d’acheter de « faux » billets sur Internet, comme par exemple sur le site onwardticket. Parfois, il est également possible d’acheter à des marchands sur place ou à l’agent de l’immigration, mais la plupart du temps, ils en profitent pour gonfler les prix.

Rentrer au Mexique par les USA :
Je suis arrivée au Mexique par voie terrestre depuis la frontière américaine et en passant les contrôles, je n’ai pas réalisé que l’agent n’avait pas apposé de cachet dans mon passeport et ne m’avait donné aucun papier d’immigration. Mon bus étant très en retard et j’étais plus préoccupée par ma correspondance que par les formalités administratives. Si j’avais été plus attentive, je l’aurais réclamé, cela m’aurait évité une amende de 70 $ (2019) à la sortie du territoire.

Après avoir posé des questions sur des groupes Facebook, j’ai appris que l’amende n’est pas toujours appliquée, je n’ai pas eu de chance ce jour-là. Par contre, le savoir permet d’éviter les désagréments et l’avoir vécu me donne l’occasion de prévenir ceux qui me suivent.

Le Guatemala, El Salvador, Honduras et Nicaragua :
Lorsqu’on entre dans l’un de ces pays, on reçoit un visa de 90 jours, qui est valable pour les quatre pays ensemble. Pour une prolongation, il est possible soit de payer l’amende, qui au Guatemala se compte en jour, ou de sortir du pays au moins 24 heures et de rentrer de nouveau, ou bien sûr de sortir vers un autre pays.

Je profite également de cette introduction que nous nous mettions d’accord sur la définition d’Amérique Latine. D’après wikipédia, ce sont les pays d’Amérique où la langue officielle est une langue romane, sauf le français. Personnellement, je considère que ce sont tous les pays qui se situent en dessous des USA, depuis le Mexique jusqu’à la pointe du Chili. Comme ça, nous parlons de la même chose et je ne me ferais pas attaquer parce que je parle du Mexique dans mon chapitre sur l’Amérique Latine, par exemple.

Entre tourisme et découvertes :

Quelques informations pratiques :

  • Dans de nombreux pays d’Amérique Latine, il est INTERDIT de jeter le papier de toilette dans les toilettes. Toujours utiliser la poubelle prévue à cet effet. Les canalisations sont très étroites et vous aurez vite fait, comme nous, de les boucher et de devoir trouver une solution pour réparer les dégâts.
  • Parfois, l’eau du robinet n’est pas potable, il est donc conseillé de demander à votre hôte afin de ne pas prendre de risques. À moins que vous ayez envie de tester votre système digestif…
  • La base de presque tous les plats de ce continent sont ; le riz, les haricots rouges, les tortillas et les bananes plantain.
  • Entre l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud, les accents sont très différents, il arrive parfois que les mots ne soient pas les mêmes. Par exemple, dans certains pays d’Amérique centrale, l’avocat, le fruit, se dit aguacate, alors qu’en pays d’Amérique du Sud, ce sera palta.

Notre expérience entre janvier 2018 et juillet 2018 :

Vadrouille en Amérique latine - costumes de cérémonie qur des mannequins

Comme je vous l’ai déjà dit, nous quittons la Belgique le 15 janvier 2018, après avoir vendu la majorité de nos biens, pour découvrir l’Amérique Latine et dans l’idée de nous installer quelque part. Nous commençons par Cuba et descendons jusqu’au Chili où nous finirons notre périple en juillet 2018. Notre parcours est partagé entre volontariat et détente. Ce qui nous amène parfois dans des coins perdus. À tel point que les locaux sont surpris de voir des touristes. Il arrive également que nous passions quelques jours dans des endroits plus touristiques comme le Machu Picchu ou certaines grandes villes comme Lima, Cuzco, Merida, La Havane et autre.

Dans cette rubrique, je vous propose de vous emmener en dehors des sentiers battus et de nous enfoncer dans la culture locale.

Les volontariats en Amérique Latine :

Beaucoup de volontariats sont situés dans des endroits qui ne sont absolument pas touristiques, comme Vicente Casares en Argentine, par exemple. Mais ce n’est pas parce que ce n’est pas touristique qu’il n’y a rien à voir. Étant une adepte de la marche, j’aime parcourir les rues, les ruelles et les sentiers à la recherche de nouveautés, d’insolites ou de découvertes. Croyez-moi, il n’y pas que dans les endroits populaires qu’il y a des choses à voir.

Au cours de nos balades, nous testons des plats locaux plus originaux les uns que les autres. Parfois, nous allons manger dans les marchés quand les volontariats ne fournissent pas la nourriture ou que nous louons une chambre quelque part. Nos balades nous donnent l’opportunité de voir une autre facette de l’endroit et de rencontrer les locaux et leur façon de vivre. La plupart des gens aiment parler de leur culture et partager leurs coutumes. Nous aimons échanger avec les gens et nous voyageons surtout dans le but de connaître d’autres manières de penser. Vous imaginez donc bien notre enthousiasme quand nous les entendons nous expliquer leur pays avec des étoiles dans les yeux.

Les sites touristiques d’Amérique Latine :

Découverte de l'Amérique Latine - Vue du village du Macchu Pichu et du Huanan Pichu derriere

Même si notre budget est serré, il y a des endroits que je veux absolument voir, comme le Machu Picchu par exemple. Grâce aux conseils avisés d’une voyageuse rencontrée à l’aéroport de Lima, nous trouvons la manière la plus économique de nous rendre sur place, je vous partagerais ses bons plans dans un article dédié spécialement à ce lieu mythique.

Par contre, je n’aime pas planifier, j’aime me laisser porter par la vie et suivre l’inspiration du moment. Du coup, je me renseigne peu sur les endroits à voir avant d’arriver sur place. Cette tendance m’a souvent permis d’être agréablement surprise, même s’il m’est aussi arrivé, après coup, quand j’écris des articles de réaliser que j’ai peut-être raté des choses à voir. Mais je continue à faire confiance à la vie et à me dire que tout est parfait.

« Quand on ne s’attend à rien, on ne peut être qu’agréablement surpris et surtout, on n’est jamais déçu…. »

Il arrive aussi régulièrement qu’en cours de route, nous rencontrions des gens, que ce soit des touristes, des locaux ou autre, qui nous partagent leurs bons conseils et leurs coups de cœur dans les environs. De plus, il reste toujours Internet, qui finalement est une source inépuisable d’informations, l’un de mes sites préférés : monnuage.fr. Par contre, quand il s’agit de lieux peu touristiques, il est difficile, voir impossible de trouver le moindre renseignement sur ce média, mais ça, c’était avant ce blog. En règle générale, je privilégie les centres d’info-tourisme et les free walking tour voici quelques adresses free tour, free tour by foot, free walking tour, je vous partagerai ceux des différents endroits que nous avons visités dans les articles. J’aime ce concept, qui pour moi, est celui où j’ai trouvé les meilleurs conseils. Pour faire court, ce sont des guides qui sont payés, essentiellement (je pense que certains ont un petit salaire de base), grâce aux pourboires des visiteurs. Lors des quelques tours que nous avons essayé, nous avons eu des guides très motivés et enthousiaste. Le seul que je n’ai pas aimé, c’est à Valence en Espagne où le guide était anglais.

Les transports d’Amérique latine :

Dans cette rubrique, je vous parlerai également des transports que nous avons pris pour rejoindre chaque destination. Par contre, je suis désolé, mais je ne parlerais pas de coût, pour une raison très simple, les prix changent extrêmement vite. Et j’avoue que je n’ai pas envie de passer mon temps à faire des mises à jour de mes articles pour ce genre de recherche. Mais aussi parce que je ne retournerais pas régulièrement dans ces endroits. Quoi qu’il arrive, lorsque vous prenez le bus en dehors des terminaux, il est conseiller de toujours avoir de la monnaie, car rare son les « contrôleurs » qui ont le change.

Par contre, si vous voulez avoir des évaluations, il existe des sites dont c’est la fonction principale, comme Rome2Rio que j’utilise régulièrement pour me faire une idée et éviter les arnaques quand je passe par une agence. Attention, je ne vous dis pas que les prix sont exacts, mais que ce site peut vous donner une fourchette de prix. Car il arrive souvent que les prix soient gonflés quand on est touriste, il peut doubler, si pas tripler ou plus. Mon autre technique est de me renseigner auprès des locaux.

En règle générale, il est assez facile de se déplacer dans la plupart des pays d’Amérique latine. Il y a bien sûr les taxis, ou Uber, mais je dois reconnaître que je suis plutôt partisane des bus et des transports en commun locaux. J’ai rarement pris des taxis, même si c’est souvent plus rapide, c’est aussi entre 2 et 10 fois plus cher que les bus, et puis, je préfère me mélanger à la population locale. Bien entendu, parfois, il aurait semblé beaucoup plus simple et plus commode de prendre le taxi, surtout avec tous mes gros sacs, mais quand c’est trop simple, ça m’ennuie. Une dernière précision sur les bus ; dans la majorité des pays où j’ai été en Amérique latine, les passages sont réguliers, j’ai très rarement dû attendre plus de 30 minutes pour avoir un transport pour me déplacer dans une ville ou dans un village.

La vie locale en Amérique Latine :

C’est surtout à cela que je veux vous sensibiliser au travers de cette rubrique. J’aimerais vous pousser à sortir des sentiers battus et vous détacher des conseils des blogueurs comme moi. Voyager, c’est aller à la rencontre de nouvelles cultures, d’autres façons de penser, de vivre, de manger, etc.

Avant de partir, j’avais commencé par accueillir les gens chez moi en couchsurfing, j’ai eu l’occasion de rencontrer un Russe, un Espagnol, un Guatémaltèque, etc. J’ai pu me rendre compte par le biais de cette plateforme à quel point les gens aiment partager leur culture. Ces rencontres m’ont permis de réaliser que nous sommes tous différents, nous avons tous des manières de voir les choses selon notre spectre de croyances. Ce qui me gêne souvent avec les autres touristes que je rencontre, que ce soit des Européens, des Américains, des Canadiens ou autre, c’est que chacun pense qu’il a la meilleure façon de penser. J’ai dû faire un gros travail sur moi pour réaliser que je n’ai pas la vérité et qu’écouter des points de vue différents me permettait de m’ouvrir l’esprit.

L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crane

Alors, mon seul conseil : allez vers les gens, un sourire ouvre des millions de portes et de cœurs.

La gastronomie en Amérique Latine :

Amérique latine - plat manioc-riz-legumes-viande

Dans la plupart des pays d’Amérique Latine que j’ai visité, la base de l’alimentation, c’est le riz ou le yucca et les haricots rouges. Mais ce qui m’a le plus étonné, c’est que, quel que soit l’accompagnement, il y a TOUJOURS du riz, un plat de pâtes et du riz, des pommes de terre et du riz, des frites et du riz, etc. Je pense que vous avez compris le principe. Par contre, ce qui m’a manqué dans la cuisine latino, ce sont les légumes. Il semblerait que dans cette culture, quelques feuilles de salade et deux tranches de tomates suffisent, ils considèrent même que les oignons sont des légumes, si, si. Bon, je dois reconnaître que je suis majoritairement végétarienne et que je peux plus facilement me passer de viande que de fruits ou de légumes. L’avantage, c’est qu’en général, les fruits et légumes sont faciles à trouver et pas cher en Amérique Latine.

Des dialectes différents :

Comme je vous le disais dans l’introduction, d’un pays à l’autre, les accents peuvent être vraiment très différents. L’espagnol d’Amérique latine n’est pas non plus le même que celui de l’Espagne, même s’ils peuvent se comprendre certains mots ne sont pas les mêmes. Par exemple, ordinateur en Espagne se dit ordenador alors qu’en Amérique latine, il se dira computadora. Une autre différence, les latinos n’utilisent pas le vosotros espagnol, sauf en Argentine. Pour ce qui est des accents différents, le « ll », se prononce généralement à peu près comme notre « y » en français, mais dans certaines parties de l’Argentine (et peut-être dans d’autres pays), il se dit comme notre « ch ». De plus, d’un côté du continent à l’autre, quelques mots peuvent changer ou avoir des significations ou interprétations variables.

Notre expérience sur place :

Au moment où j’écris ces lignes, j’ai déjà fait deux séjours en Amérique Latine, le premier avec mon chéri de l’époque au début de notre périple, et un deuxième seule un deux ans plus tard. Je commencerais donc dans l’ordre chronologique et vous parlerai de ces expériences à deux. À l’époque, nous étions des voyageurs novices, à peine sortis de notre « confort » européen cette découverte a, de ce fait, été un grand choc culturel. Je vous expliquerais comment nous sommes sortis de notre zone de confort d’un seul bond. Après notre séparation, je suis partie seule à la découverte de moi-même et d’une autre façon de voyager. Je vous proposerais quelques articles à propos de mes visites dans des états d’esprit différents très bientôt.

En attendant, voici les articles pays par pays des découvertes des endroits « hors volontariats ». Mais n’oubliez pas d’aller voir aussi nos expériences de volontariats.

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement,
n’hésitez pas à faire un don en remplissant le formulaire suivant :

    Comme je voyage à travers le monde, tu peux m'envoyer des euros, selon votre préférence ou des dollars, veuillez donc cocher

    Je te remercie pour ta contribution.

    Veuillez prouver que vous êtes humain en sélectionnant Tasse.

    Contact - vielles boites aux lettres en métal

    Contactez moi

    Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contact avec mes lecteurs.
    J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaître, pour répondre à vos questions et connaître votre avis sur mon travail.

      Veuillez prouver que vous êtes humain en sélectionnant Maison.

      Maintenant que tu connais le contenu de ce blog, n’hésite pas à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!