La mise en route

86 / 100

Maintenant que la liste des étapes est faite et que nous avons une idée un peu plus précise de ce que nous voulons. C’est le moment de la mise en route, commencer à vider l’appartement et vendre nos affaires, penser aussi à acheter le matériel manquant pour ce grand départ.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

Commencer par trier

À présent que les grandes lignes de notre périple sont tracées, nous pouvons nous pencher sur la mise en route. C’est-à-dire, trier ce qui ne nous sert plus et commencer à vendre ou à donner. Mais trier, c’est aussi commencer à faire le deuil de son passé pour passer à autre chose.

D’abord, nous faisons le vide dans mon appartement. Et c’est là que je me rends compte du nombre d’objets, de vêtements ou autres que j’ai accumulés tout le temps où j’ai vécu ici. Tant de choses que, soit je n’utilise plus depuis plusieurs mois ou que j’avais même complètement oubliées où qui étaient cachées dans un coin. Je suis sidérée de constater tout ce que je garde sans raison valable.

Trier c’est tourner une page

Boite remplie de photos et de cartes postales

La nostalgie, tout le monde connaît, c’est ce qui m’est arrivé quand j’ai commencé à ressortir tous ces objets, lettres, et autres. J’étais arrivée à un moment de ma vie où il fallait que je sois pragmatique. Mais pour certaines choses, j’avais encore du mal à imaginer m’en séparer définitivement. Je voulais garder le minimum, sachant qu’un jour; soit, je les ferais venir à l’endroit où je m’installerais, soit, je ferais un deuxième tri.

J’ai souvent lu que pour se débarrasser du superflu sentimental, il faut d’abord éliminer les choses que vous n’avez pas utilisé depuis un an, ensuite, 6 mois, etc. Et de nouveau, une petite claque au moment où j’ai réalisé le nombre de choses que je n’avais même pas regardées depuis un an ou plus. Tout ça m’a permis de prendre conscience de ma surconsommation. Et pourtant, je ne suis pas une adepte du shopping. Mais je reçois souvent les affaires de mes proches quand ils font un tri et je garde tous les “on ne sait jamais, ça peut toujours servir”.

Plus je vidais mon appartement, plus je me sentais légère. Il faut dire que je suis assez bordélique et ce tri m’a aussi permis de faire un rangement par le vide. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à me demander si j’avais vraiment besoin de tout ça. Et, c’était le bon moment pour m’habituer à un mode de vie plus minimaliste. Comme un entraînement pour la préparation de notre voyage en sac à dos.

Trier pour vendre

Mise en route - Affiche à vendre

Les ventes en lignes et la brocante

Le but premier de la mise en route de ce tri était de faire un peu de sous. Nous avons d’abord mis quelques objets en vente sur Internet, deuxième main et le marketplace de Facebook. Ensuite, nous avons rapatrié des affaires de Julien pour continuer à vendre, comme des GI Joe (jouet vintage des années 90), mais aussi des trains miniatures. Ce genre d’objets se vend mieux sur les brocantes, nous décidons donc de nous inscrire à la brocante de Temploux. L’une des plus connue de notre région namuroise et très prisée par les collectionneurs. Nous avons bon espoir d’y vendre les GI Joe et les trains à un bon prix.

Je suis et je resterais une grande optimiste, mais parfois, ça me joue des tours. Lors de la mise en route de ces ventes en lignes, je passe de longues heures à répondre aux gens. La grande majorité des réponses que je reçois sont des offres de négociation. Les gens me proposent des prix dérisoires ou demandent d’être livrés ou encore, posent des questions abracadabrantes. Est-ce que je n’ai pas eu de chance ou est-ce que c’est une généralité, je ne sais pas. Mais en tout cas, mon expérience était beaucoup plus énergivore que ce que j’avais imaginé. Par contre, cette expérience m’aura permis de travailler ma patience. (toujours prendre les leçons, c’est ma devise)

ATTENTION ARNAQUE
Les faux acheteurs sont monnaie courante sur les sites de vente en ligne. Ne JAMAIS, AU GRAND JAMAIS payer quoique ce soit à qui que ce soit pour vendre un objet. Quel que soit le prétexte, livraison ou autre. Ils sont vicieux et bien sûr proposent une somme plus importante pour l
e bien afin d’appâter le “pigeon”.

Innovons dans les techniques de vente

Nous essayons toutes les techniques de vente et quelques mois avant de quitter l’appartement, nous tentons même de vendre en direct en faisant une sorte de garage sales. Malgré des annonces sur la porte d’entrée de l’immeuble, sur Facebook et autres, nous n’avons que très peu de retours. Loin de moi l’idée de dire que ça ne fonctionne pas. Juste qu’à ce moment précis, ce n’était pas la bonne méthode pour nous.

Quelques sites de vente en ligne gratuits en Belgique

Pour une bonne mise en route, il faut s’équiper

sac de shopping

D’abord chez Décathlon

Lors de cette étape de mise en route, vient enfin le moment du shopping, Julien a déjà 2 sacs de voyage, nous économisons donc cette dépense et c’est un fameux soulagement pour notre portefeuille. Les premiers achats concernent le voyage en lui-même. Comme la majorité des gens, quand on pense équipement voyage, l’une des première enseigne qui vient à l’esprit, c’est Decathlon. Parce que nous n’avons pas un budget illimité et que nous ne sommes qu’au début des achats, nous nous contentons du strict minimum. D’abord, un sac de couchage; nos exigences, qu’il soit assez léger, pas trop cher (maximum 40 € pièce) et si possible, jumelable. Parce que nous ne sommes pas des experts en la matière, nous demandons conseil à un vendeur qui en profite pour nous parler du sac à viande.

C’est quoi un sac à viande?
C’est une housse en coton ou en matière légère qui se place entre la personne et le sac de couchage de manière à économiser les lessives pour ce dernier. Car il faut savoir que des lavages réguliers font perdre son rembourrage au sac de couchage et le rende donc moins chaud et moins efficace.

Parce que je suis une adepte inconsidérée de la récup’, je décrète que notre sac à viande sera une vieille housse de couette. Autant économiser et réutiliser. En ce qui concerne le reste de nos achats, ce sera une lampe frontale, qui par soucis d’écologie, d’économie et pour une raison pratique, est rechargeable, suivez le lien. Il ne nous manque plus que les gourdes, nous optons pour les plus simples. Mais avec le recule, une housse isotherme ou une gourde isotherme aurait été une meilleure option, avec une préférence pour une housse, car le désavantage pour moi d’une gourde isotherme, c’est que les volumes sont souvent limités à 500 ml, ce qui me semble peu.

Chez Mediamarkt

Pour le voyage proprement dit

Parce que nous ne savons pas dans quel genre de logement nous allons atterrir, ni comment vont se passer les trajets, nous investissons dans une batterie solaire portable à deux entrées, histoire de pouvoir charger nos téléphones en même temps. Pourquoi solaire? D’abord parce que nous sommes à peu près certain qu’on en trouvera partout où nous irons et ensuite parce que nous ne sommes pas sûrs d’avoir de l’électricité dans chacun des endroits où nous irons.

J’adore prendre des photos, mais en tant que novice du voyage en sac à dos, je suis un peu craintive. Je ne veux pas investir dans un appareil reflex, d’abord parce que ça coûte cher. Et surtout, parce que j’ai très peur de me le faire voler du fait qu’il soit voyant et encombrant, une crainte fondée sur des suppositions irréalistes peut-être, mais je ne veux pas prendre de risque. Ensuite, parce qu’un reflex est moins souple en matière de zoom qu’un appareil compact et aussi que pour un reflex, il faut ajouter un budget zoom, ainsi que transporter tout ce gros équipement. (je changerais d’avis à notre premier retour en Belgique, mais j’en parlerais dans un prochain article.). Sur les conseils du vendeur, nous optons pour un appareil Panasonic Lumix à un prix très raisonnable.

Pour la préparation de l’avenir

Le dernier achat important est un ordinateur, le mien est vieux et pèse son poids. Vous savez bien, la technologie avance vite et un pc de plus de 5 ans est beaucoup plus lourd qu’un récent. Mais surtout parce qu’en tant que graphiste, je compte bien trouver un emploi dans mon domaine lorsque nous nous installerons. Je n’ai pas encore l’idée du blog, pendant cette préparation de mise en route. Pour le moment, j’ai juste créé un groupe Facebook pour que nos amis et nos proches puissent suivre nos aventures. De plus, vu l’âge de mon ordinateur, j’ai peur qu’il me lâche en cours de route, je préfère jouer la sécurité pour ne pas devoir en acheter un autre en catastrophe. Sur les conseils du vendeur, j’opterais pour un Lenovo qui finalement, après 3 ans d’utilisation et de voyage montrera des signes d’obsolescence programmée. Acheter pas cher, ça coûte toujours plus cher.

Pour les filles exclusivement

Pendant cette mise en route, j’ai découvert la cup menstruelle. Alors, les filles savez-vous ce que c’est? Disons que c’est un espèce de réceptacle qui remplace le tampon ou les bandes hygiéniques. Toujours dans un souci d’écologie et d’économie, j’ai opté pour cette solution. Parce que j’avais besoin d’être sûre de mon choix, je l’ai testé pendant quelques mois avant mon départ. Comme pour tout, il m’a fallu un moment d’adaptation, non pas pour ne pas la sentir, mais surtout pour apprendre à la mettre et à la retirer. Pour être honnête, il m’est arrivé plus d’une fois au début de penser que je ne pourrais jamais la retirer.

Cup avec son emballage et le produit en lui-même

une petite vidéo explicative sur Youtube et le lien vers le site du fabricant (désolé, je ne l’ai trouvé qu’en anglais).

Nous voilà donc fin prêt, il ne reste plus qu’à tout vider et à passer à la concrétisation de notre projet fou….

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement, n’hésitez pas à faire un don sur mon compte Paypal en cliquant sur le bouton.

Contact - vielles boites aux lettres en métal

Contactez moi

Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contacte avec mes lecteurs.
J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaitre, pour répondre à vos questions et connaitre votre avis sur mon travail.

    This article was written by Just L

    Encore un blog voyage vous dites-vous et vous aurez bien raison. Mais avant de vous faire une idée, lisez ceci: Ce blog n'est pas comme les autres, pas question de vous vendre des photos de carte postale. Mon but en alimentant cette page est de partager mes expériences de voyage, mes joies, mes peurs, mes galères, mais également, mes astuces et mes bons plans. Le voyage, c'est ma drogue, découvrir des cultures, des façons de penser, de parler, de manger, etc. Voilà pourquoi je suis sur les routes, pour m'ouvrir l'esprit. Parce que je ne suis pas riche et parce que ça me permet d'être au cœur de la culture, je fais des volontariats, en règle générale chez des locaux. En échange de quelques heures de travail par jour, je suis logée gratuitement et parfois même nourrie. Partager avec les gens et leur montrer qu'il ne faut ni être superman, ni être riche pour découvrir le monde, c'est ça le but de ces pages. En espérant vous faire vivre ma passion.