Ju et Stl en vadrouille

Notre voyage à la "locale"

Browsing Category Avant le grand départ

Se débarrasser du superflu

Se débarrasser du superflu

  1. Commençons par faire le vide
  2. C’est le moment du tri
  3. Vendons tout!
  4. Où vendre?
  5. Les brocantes
  6. Les sites en ligne
  7. Nos références pour vendre ses objets
  8. Nos références pour vendre sa voitures
  9. L’avis de Julien
  10. L’avis d’Estelle
  11. Les astuces

Commençons par faire le vide

Les mois ont défilé à une vitesse fulgurante, entre les recherches et le travail, il est temps maintenant de passer à du concret. C’est-à-dire se débarrasser du superflu.

C’est le moment du tri

Estelle est dans l’appartement depuis six ans déjà, largement le temps d’accumuler. Julien pour sa part a quelques affaires dans un box de location. Autant vous dire qu’à nous deux, on a de quoi remplir deux appartements et c’est BEAUCOUP trop.

Nous commençons par tout rassembler afin d’avoir une idée globale de ce que nous possédons: 3 canapés, 3 tables de cuisine, 10 chaises, des ustensiles de cuisine en double ou en triple parfois et j’en passe.

Bien sûr, le plus dur sera de se séparer des souvenirs.

« Ce tout petit ticket de train, il ne prendra pas de place, c’est celui que j’ai payé de ma poche pour aller voir mon premier amoureux, je ne peux quand-même pas le jeter? »

Détrompes-toi, un truc qui ne prend pas de place, plus un autre, plus un autre et on fini vite par se retrouver avec une caisse remplie de « sentimental ». D’après tous les sites traitant du sujet, si vous n’avez pas eu l’utilité d’un objet, vêtement ou autre dans l’année ou les six mois écoulés, vous pouvez vous dire que vous n’en avez plus besoin.

Julien est assez mélancolique et Estelle a aussi ses attachements. Bref, le tri se fera en plusieurs étapes. Bien entendu, comme la majorité des gens, nous avions une quantité incalculable d’objets absolument inutiles pour les quels nous nous sommes même demandé comment ils n’étaient pas déjà à la poubelle.

Vendons tout!

Tant qu’à se décharger, pourquoi ne pas essayer de faire de l’argent avec ce qui ne nous sert plus. Et puis, question étique et recyclage, encore quelques bons points pour nous.

Où vendre?

Les brocantes

Par chance, quelques mois avant notre départ, il y avait une brocante très connue dans notre région: la brocante de Temploux. Celle-ci est très prisée par les collectionneurs. Pour ça, merci à Julien d’avoir été aussi conservateur et maniaque avec ses affaires. Il avait une grande collection de trains miniatures et de GI Joe, c’était l’endroit idéal pour écouler cette précieuse marchandise.

Nous avions réservé pour le week-end complet sachant que le premier jour est celui des collectionneurs et le second, plutôt des promeneurs. Le samedi, les ventes ont étés plus que fructueuses, par contre, on ne peut pas en dire autant du dimanche. Mais ça ne nous a pas empêché de passer un super moment et de recevoir des conseils de connaisseurs sur certaines de nos marchandises que nous avions sous-évalués. Une partie pouvait se vendre entre deux fois et parfois dix fois plus que le prix que nous avions indiqué.

Entre les amis qui sont venus nous rendre visite et ceux qui nous ont aidés, le week-end est passé comme une flèche malgré la fatigue. Enfin, si c’était à refaire, nous ne prendrions un emplacement que pour le samedi et nous arriverions avant 5 heures du matin.

Divers objets posés sur un drap vue rapprochée

Les sites de vente en ligne

Nous n’avions pas envie de nous lever tous les week-end à 4 heures du matin, ni de supporter les marchandages insolents. Nous avons donc opté pour la « facilité »: Internet!

Les objets
Nos références
La vente des objets

Comme nous l’avons précisé plus haut, les jeux de collection se sont principalement vendus sur la brocante. Motivés par notre gain lors de cet événement, nous avons tenté d’ouvrir notre appartement plusieurs dimanches d’affilés, mais pour nous, ça n’a pas donné le résultat escompté et nous avons abandonné après quatre semaines. Pour le reste, Facebook et les différents sites de vente en ligne comme 2ième main ont étés les plus efficaces.

Par contre, Estelle (car c’est principalement elle qui s’est occupé de ça) s’est énervée plus d’une fois. Entre les gens qui proposent des prix dérisoires, et qu’il faudrait livrer gratuitement bien sûr, et ceux qui posent des questions stupides, il a fallut s’armer de patience.

ATTENTION AUX ARNAQUES
A plusieurs reprises nous avons reçu des propositions d’achat à des prix supérieurs. Cependant, il fallait passer par DHL et payer la livraison d’avance pour qu’ils envoient un transporteur prendre le colis.
ATTENTION!!!
WARNING!!!
ARNAQUE, ARNAQUE, ARNAQUE, ARNAQUE!!!!

Nous avons appris à nos dépends que si les gens vous proposent plus que ce que vous ne demandez, mieux vaut être méfiant. Ce qui doit vous mettre la puce à l’oreille, c’est lorsque vous devez payer avant même d’avoir reçu votre argent.

Pour l’une de nos vente, Estelle a même appelé DHL, car elle avait reçu un mail, soit-disant de la société elle-même, signalant qu’elle serait fichée comme arnaqueuse parce qu’elle n’avait pas suivi la procédure et envoyé l’argent. Après confirmation de l’opérateur, il s’est avéré que ce document était également un faux. Bref, le meilleur conseil que nous avons à donner est de vérifier.

Les voitures
Nos références
La vente des voitures

En ce qui concerne nos voitures respectives, nous avions regardé le prix à l’argus, ce qui nous avait assez bien enthousiasmé. En fait, nous n’avions pas tenu compte de la grande perte de valeur en cas de coups ou de griffes dans la carrosserie, ni pris en considération l’offre et de la demande. Heureusement, nous avions le temps de laisser les enchères monter et de patienter jusqu’à la meilleure offre.

Nous avons essayé la solution de Autohero qui vous donne un rendez-vous avec un « expert » de chez eux qui teste votre véhicule et en fait le tour. De notre point de vue, l’offre était vraiment très insuffisante à nos attentes et nous avons préféré prendre le risque d’attendre encore un peu pour trouver un meilleur acheteur.

Finalement, la voiture d’Estelle sera vendue à un marchand d’occasion qui ne nous donnera que la moitié de ce que nous espérions. Pourtant c’était une voiture assez récente et en très bonne état, toutefois, les quelques griffes sur la carrosserie auront étés déterminantes.

En ce qui concerne la voiture de Julien, elle sera vendue à l’un de ses anciens collègues qui, par chance pour nous, a eu un crash et avait besoin d’un bon véhicule le plus vite possible. À deux semaines du départ, c’était une aubaine pour nous. Et encore une fois, la maniaquerie de Julien nous sera d’une grande utilité.

Ombre d'un homme qui cris dans un parlophone *

L’avis de Julien

« Vendre tous ces objets dans le but de partir m’a permis de refaire un tour complet de ma vie passée. Ouvrir des caisses et y retrouver des babioles m’ont fait sauter d’une période à l’autre, d’un souvenir à l’autre. C’est fou tout ce que j’ai pu accumuler en 35 ans! Et puis il y a tous ceux qui, même s’ils sont inutiles et encombrants, ne savent pas quitter les caisses… Les cadeaux, les lettres romantiques, les albums photos. Bref un tas de choses qui sont passés d’une caisse à l’autre, de celle vieille et sans forme qui traînait dans le grenier depuis des années à cette autre vieille caisse rafistolée qui va y retourner pour un sacré moment.

Pour le reste, il a fallu faire un tri: ceux qui ont une valeur monétaire, ceux qui pourraient en avoir une, ceux qui n’en n’ont pas mais qui peuvent toujours servir à quelqu’un d’autre et ceux qui vont finir dans une poubelle. Et j’ai été étonné, souvent agréablement, de la somme que certains peuvent rapporter! Les jouets des années 80 en particulier, comme les G.I. Joe. Pour l’anecdote, nous avons joué une dernière fois avec eux avant de les revendre, en passant une après-midi entière à les mettre en scène et à les photographier 🙂 Je suis sûr que beaucoup de mes amis auraient bien fait la même chose.

Mais il est vrai que ce tri, cette sélection, nous a poussé à vivre plusieurs mois entourés de broles, partout dans l’appartement. Ce qui n’était pas tous les jours très agréable. Et puis il a eu la fatigue accumulée entre travail, démarches pour le voyage, vente des objets et excitation. Bref, je repense à cette période avec beaucoup de bonheur, mais également avec beaucoup de fierté. Celle d’avoir tenu le coup, de ne pas s’être trop laissé emporter à certains moments et d’avoir réussi! »

Les plus

  • Avoir eu le temps de fouiller dans mon passé, et donc de faire un dernier point avant de changer de vie.
  • Avoir eu l’occasion de jouer une dernière fois avec mes G.I. Joe!
  • Avoir réussi à me séparer ENFIN de choses qui m’encombraient (et le grenier de ma maman) depuis trop longtemps.
  • Avoir rencontré énormément de gens pendant cette période, et d’avoir eu l’occasion de leur parler de notre projet.

Les moins

  • Avoir accumulé une belle fatigue.
  • Avoir passé de nombreuses soirées à devoir faire plein de choses et s’octroyer seulement une toute petite demi-heure de détente avant d’aller au lit.
  • Les coups de stress dus au temps qui passait vite et à la quantité énorme d’objets auxquels ils fallait encore trouver des nouveaux propriétaires.
  • La difficulté qu’on a eu à vendre les voitures et les prix qu’on en a eu.

L’avis d’Estelle

« Je ne m’attendais pas à ce que vendre nos affaires soit aussi difficile et énergivore. Il faut dire que je passais souvent les soirées à répondre à des questions ou à mettre d’autres choses en vente. J’essayais de proposer des prix raisonnables pour que ça parte assez vite et puis, le but n’était pas de devenir riche. Malgré ça, les gens veulent encore moins cher et souvent demandent un prix plus bas, livraison comprise.

Le pire, je pense est de vendre à des gens qu’on connait et de trouver le bon équilibre entre ce qu’on voudrait et les liens d’amitié. Quand l’appartement était vide, ça a été un grand soulagement. Et puis, nous avons aussi donné pas mal de chose, ce qui m’a apporté un sentiment de satisfaction. Pouvoir aider des personnes qui sont dans le besoin et en même temps me débarrasser. Tout le monde était content.

Finalement, on y est arrivé. Et quand les gens autours de nous nous disent que nous avons de la chance de pouvoir voyager comme ça, je me rappelle de toutes ses heures passées sur internet et de l’énervement engendré. Ça n’a pas été simple, mais quand on veut, on peut! Nous sommes restés braqués sur notre objectif final et c’est ça qui nous a donné la force d’aller jusqu’au bout. »

Buldog endormi la tête sur l'accoudoir d'une chaise de jardin

Les plus

  • voir l’appartement se vider au fur et à mesure.
  • expliquer aux gens notre motivation et mettre des mots sur notre projet.
  • se rendre compte que finalement, on peut vivre avec peu de chose
  • se détacher du superflu.
  • voir l’émerveillement dans les yeux des acheteurs quand on leur explique pourquoi on vend tout.

Les moins

  • passer toutes ses soirées à répondre à des questions idiotes.
  • voir le temps qu’il reste en comparaison de tout ce que nous avons encore à vendre.
  • être déçu quand l’initiative d’ouvrir l’appartement ne prend pas.
  • se rendre compte comme les gens peuvent parfois être sans gêne et venir juste pour passer le temps.
  • constater que certaines personnes n’ont aucun scrupule à essayer d’arnaquer les autres en leur faisant espérer plus d’argent.
  • recevoir des remarques désobligeantes et inutiles sur des articles en vente.
  • négocier des prix et le marchandage incohérent

Astuces

Cette rubrique est en partie un résumé de ce qui précède. Si vous avez lu tout l’article, ceci peut vous servir de pense-bête. 

Ampoule et soquet en train de brancher une prise *
  • Éliminer les affaires dont vous n’avez plus eu l’utilité depuis au moins six mois.
  • Ce qui ne prend pas de place, accumulé peut vite en prendre beaucoup.
  • Les brocantes, les sites internet, Facebook, le bouche à oreille sont de bons outils pour vendre rapidement.
  • Attention aux arnaques, lorsqu’on vous propose plus que ce que vous demandez, méfiez-vous.
  • Si vous devez payer avant d’avoir votre argent, c’est sûr, c’est une arnaque.
  • Vérifiez le prix de ce que vous vendez sur le net ou via des professionnels si vous en connaissez, on a parfois
    des trésors dans son grenier.
  • Prenez votre temps.
  • Indiquez toujours un prix plus haut que ce que vous voulez, les acheteurs de deuxième main aiment négocier les prix.
  • Dégagez du temps pour les ventes, comptez que vous devrez répondre aux questions, négocier et prendre les rendez-vous.
planifier

Planifier le voyage

  1. La première étape, l’itinéraire
  2. Par où voulons nous passer
  3. Faisons déjà un premier parcours
  4. D’abord, le comparatif de prix
  5. Nos références
  6. Peaufinons un peu Cuba pour commencer
  7. Et pour finir, déterminer un itinéraire provisoire
  8. L’Amérique centrale
  9. L’Amérique du Sud
  10. Les surprises
  11. La gestion du budget
  12. L’avis de Julien
  13. L’avis d’Estelle
  14. Les astuces

Par quoi commencer?

Estelle vient de rentrer d’Irlande, son diplôme en poche, elle peut reprendre ses recherches d’emploi l’esprit serein et pleine d’enthousiasme.

L’autre bonne nouvelle, c’est que Julien travaille depuis une bonne semaine maintenant, que  les choses commencent à se mettre en place doucement et que nous sommes un peu rassurés côté argent. Dès lors, nous pouvons nous concentrer sur le départ.

La première étape, l’itinéraire

Par où voulons-nous passer?

C’est à l’aide d’un atlas que nous étudions notre parcours. Le premier pays sera Cuba, mais où trouver les billets les moins chers? Partirons-nous de Belgique où serait-il plus avantageux de partir d’un autre pays? D’abord, nous faisons nos recherches sur internet. D’après les conseils que nous trouvons au fil des blogs, il serait plus économique de partir d’Espagne. Il est encore un peu tôt pour prendre les billets. D’abord, parce que nos finances ne sont pas encore au beau fixe et ensuite, parce que nous n’avons pas encore réellement de date de départ. Quoi qu’il en soit, nos idées sont déjà plus claires.

Continuer à lire
Le premier voyage de l'année

Le premier voyage de l’année

  1. Le départ en Irlande
  2. L’avis de Julien
  3. L’avis d’Estelle
  4. Conclusion

Le départ en Irlande

L’année commence sur un voyage de trois semaines pour Estelle. En effet, elle a été acceptée dans un programme d’immersion en anglais et part en Irlande. Tout ça risque de retarder un peu les préparatifs pour l’Amérique latine. Mais cette expérience sera un bon entrainement pour la suite. Et puis, l’anglais est une langue internationale et peut s’avérer très utile. Comme par exemple pour parler avec d’autres voyageurs, pour trouver du travail. Bref, une belle opportunité.

La première semaine s’avère assez difficile, quitter sa zone de confort n’est pas si facile que ça. Mais encore une fois, nous restons positifs et prenons ce changement comme un entrainement. Et puis, Estelle a tout a apprendre de cette immersion. La semaine suivante, les choses vont déjà beaucoup mieux. Chacun de notre côté, nous commençons à prendre nos marques. Estelle se fait de nouveaux amis et Julien a un travaille dans l’évènementiel.

Au bout des trois semaines, nous en profitons pour nous rejoindre, nous passerons  le dernier weekend ensemble.


Continuer à lire
Faire le point

Faire le point

  1. Par quoi commencer
  2. L’avis de Julien
  3. L’avis d’Estelle

Faire le point

Par quoi commencer?

Après l’annonce de notre départ, nous faisons la mise au point sur notre départ et nous commençons à faire quelques recherches. Les choses s’enchaînent, Estelle part en Irlande pour trois semaines avec le Forem pour améliorer son anglais dans l’espoir de trouver plus facilement un travail.

bonhomme de fil de fer pensif debout et assis *

A son retour, Julien a trouvé un travail à temps plein et apprend qu’il va retoucher des impôts. Les choses commenceraient-elles à se mettre en place ? Nous allons déjà pouvoir commencer par épurer nos dettes.

A quoi devons-nous réfléchir pour notre voyage ? Déjà faire un itinéraire, quels pays voulons-nous visiter durant les trois mois ? Estelle veut absolument passer par Cuba. On est d’accord, Cuba est un pays emblématique de l’Amérique Latine. Mais où aller à Cuba ? Comment se renseigner ?

Pour avoir un peu plus d’informations, nous trouvons quelques reportages sur Youtube. Malheureusement, les renseignements donnés sont plutôt tournés vers des touristes qui font appel à des tours opérateurs qu’ils payent cher et vilain. Tout ça ne nous parle pas vraiment, ce n’est pas ce genre de tourisme que nous recherchons.

Nous sommes un peu déboussolés, où allons-nous pouvoir trouver ce qu’on cherche. Mais surtout, comment voyons-nous notre voyage ?

Avant toute chose, nous devons faire le point sur le genre de « tourisme » qui nous convient.

Viens le moment de se mettre d’accord, que voulons-nous ?

Continuer à lire
L'annonce à la famille

L’annonce à la famille

  1. L’annonce
  2. Qu’avions-nous à annoncer
  3. Qu’avons-nous appris
  4. L’avis de Julien
  5. L’avis d’Estelle

Comment informer la famille?

L’annonce

Faire ce genre d’annonce n’est pas aussi facile qu’on pourrait le croire. Les grandes lignes de notre projet tracés, nous sommes impatients d’en faire part à nos proches.

C’est lors d’une soirée Halloween, réunissant la famille de Julien, que nous annonçons la nouvelle. La semaine suivante, c’est au tour de la famille d’Estelle.

L’annonce semble ne toucher personne. Nous sommes un peu déçus, cette décision est tellement importante pour nous. Avec le recul, nous nous rendons compte que les gens s’y sont intéressés, ils ont posés des questions, mais nous n’avions aucune réponse à leur donner. Nous n’étions qu’au début, ça faisait à peine une semaine que nous avions pris notre décision et nous avions un an pour mettre tout ça en place, nous n’avions pas encore pris le temps de faire beaucoup de recherches. Notre priorité était d’informer les personnes qui allaient être touchées de plus près par ce projet, un peu fou, il faut l’admettre.

Continuer à lire
Avant le grand départ / La décision

La décision

  1. Comment nous avons pris notre décision
  2. L’avis de Julien
  3. L’avis d’Estelle
  4. Pourquoi avons nous pris cette décision
  5. Pourquoi avons nous confiance

Comment avons nous pris une telle décision?

Tout d’abord, il faut dire qu’une décision pareille engendre des conséquences. Finalement, ça ne fait 6 mois que nous sommes en couple. Comme à notre habitude, nous parlons beaucoup et ce soir-là, nous refaisons le monde, nous évoquons tout ce qui ne nous convient pas dans nos vies.

C’est à ce moment-là que nous nous rendons compte que nos voyages précédents nous ont fort marqués. Bien plus que ce que nous pensons. Et nous nous rendons compte que la société dans laquelle nous évoluons ne nous correspond plus, ni à l’un, ni à l’autre.

Bref, on avait besoin de changement, mais quoi et comment ?

En y réfléchissant bien, la conversation revient toujours au même point : nos voyages respectifs, ce besoin de découvertes, de rencontres de nouvelles cultures, de nouveaux paysages, etc.

Continuer à lire