A propos de moi

A propos de moi Visage caché ne montrant que les yeux mis en valeurs par les mains imitant des lunettes *

Qui je suis, d’où je viens, pourquoi ce blog? Voilà quelques questions aux quelles je me propose de vous répondre dans ce à propos de moi. Bref, faisons connaissance.

Avant d’aller plus loin pense à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!

Que dire à propos de moi?

Je m’appelle Estelle, je suis belge et en voyage depuis presque trois ans maintenant. En janvier 2018, avec mon amoureux de l’époque, nous avons vendu tout ce que nous avions pour partir à la découverte du monde, enfin, plutôt de l’Amérique Latine.

L’idée de base était de descendre une partie de l’Amérique Latine pour finir au Chili où nous pensions nous installer . Mais très vite, nos plans ont changé, à peine un mois après notre départ, emportés par notre nouvelle liberté, nous décrétons que la terre est beaucoup trop vaste pour nous contenter d’un seul continent.

Nous avons déjà tout l’équipement pour voyager, pourquoi ne pas pousser une pointe vers l’Asie? Je n’ai jamais vu ce continent et je suis curieuse de connaître cette culture. Après quelques jours de réflexion, nous décidons de continuer notre périple jusqu’au Chili pour ensuite nous rendre en Asie du Sud-ouest.

A propos de moi, une photo stylisée

A propos des motivations de mon départ

J’ai toujours eu du mal à m’adapter à la société occidentale, je ne m’y suis jamais sentie à ma place. J’avais l’impression d’être une extra-terrestre, je ne me retrouvais pas dans ce besoin d’accumuler des biens et de l’argent. Je n’aime pas faire les magasins, j’adore la récup’, customiser des objets, des vêtements, je déteste gaspiller mon argent dans des achats inutiles.

J’aime faire des choses de mes mains et ça commence très tôt. Petite fille déjà, je “crée” des vêtements, un vieux drap et quelques pinces à linge et le tour est joué, me voilà vêtue d’une robe de princesse, l’imagination des enfants, c’est magique. Plus tard, ma maman m’apprends à coudre à la main et je modifie quelques-uns de mes vêtements.

Cette passion m’entraîne naturellement vers le stylisme, j’ai soif d’apprendre. Mais de nouveau, je ne me sens pas à ma place. Les autres étudiants sont majoritairement à la recherche de luxe, de paillettes et de cocktails quand je veux juste habiller madame tout-le-monde avec des vêtements simples, pratiques et bon marché.

A propos du déclencheur

Couché de soleil sur une plage à Madagascar

En mars 2011, je pars pour la première fois seule hors de l’Europe. Je vais rejoindre un ami qui s’est installé à Madagascar. Il vit avec une Malgache et fréquente principalement des gens du pays. Je suis complètement immergée dans cette culture et émerveillée par les paysages et le sourire des locaux. Ces gens n’ont rien, pour la première fois de ma vie, je suis confrontée à l’extrême pauvreté et aux enfants qui font la manche. Mon ami m’explique que plusieurs fois par an, les maisons en bois sont détruites par les ouragans qui frappent le pays. Mais il me précise que quand cela arrive, les gens se réunissent pour reconstruire les habitations renversées, cette preuve de solidarité m’émeut et m’inspire.

Ces gens qui n’ont rien me semblent tellement plus heureux que la plupart des personnes que je côtoie en Europe. Comment est-ce possible? Le bonheur ne serait-il pas dans les possessions et l’argent? Quel est leur secret?

A mon retour en Belgique, il me faudra plus d’un mois pour me réadapter à ce système. Un fossé s’est creusé entre mes amis et moi. Je ne les comprends plus. Leurs soucis me semblent tellement futiles. C’est toujours la même chose, comment trouver plus d’argent pour acquérir plus de choses?

Tous se plaignent de leur vie, de leur travail, de leur femme, du manque d’argent, de ne pas avoir le dernier IPhone et j’en passe. Comment leur faire comprendre qu’à l’autre bout du monde, des gens vivent sans toute cette technologie et sont bien plus souriants?

A propos de la révélation

Après cette expérience, je réalise que je ne suis pas faite pour cette vie et que j’ai besoin d’autre chose. Je veux voir le monde, avoir d’autres points de vue, être confrontée à d’autres façons de vivre. Mais je finis par rentrer à nouveau dans le moule et les tracas d’argent reviennent très vite.

Il faudra moins de deux ans pour qu’une nouvelle opportunité se présente. En octobre 2012, je pars pour le Bangladesh. Mais cette fois, ce n’est pas pour visiter, mais pour travailler, j’accompagne un ami qui veut lancer une collection de vêtements, il a besoin de quelqu’un pour faire les dessins techniques et négocier les prix.

Deuxième pays en dehors de l’Europe et une nouvelle confrontation, je me rends compte de la chance que j’ai de vivre en Europe. Mais surtout des conditions de travail dans le milieu du textile. Je rêve d’ouvrir ma propre entreprise de confection. Mais avant, je dois trouver une autre manière de produire. Faire travailler des enfants ou des gens dans ce genre de conditions, c’est hors de question.

J’ai besoin de voir le monde et de m’inspirer d’autres façons de faire, d’autres manières de penser et de collaborer avec les gens. Je veux aller sur tous les continents, mais de nouveau, mon souci, c’est l’argent et il faut le reconnaître, la peur de partir seule.

A propos de mon changement de vie

Ombre chinoise d'un couple qui s'embrasse

En 2016, je rencontre Julien, comme moi, il se sent mal dans cette société occidentale, il a besoin de changer d’air. Très vite, le courant passe entre nous et nous comprenons que nous avons ce même besoin de changer d’air. Il a beaucoup voyagé avec son ex-femme et comme moi a soif de liberté et de découvertes, rien ne nous retient, partons à l’aventure! Avec lui, j’ai l’impression que je pourrais aller au bout du monde et que tout est possible.

Moins de six mois après notre rencontre, nous annonçons à nos familles et à nos amis que nous allons quitter la Belgique pour nous installer ailleurs. Bien entendu, nous ne sommes pas pris au sérieux, nous ne savons même pas où nous allons aller, ni même comment nous allons faire pour mettre les choses en place.

Ils nous prennent pour de doux rêveurs, nous sommes un peu blessés par ce manque de confiance. Mais nous croyons en notre projet et commençons à en étudier les détails. Apprendre l’espagnol, trouver un moyen de récolter assez d’argent pour parcourir l’Amérique Latine et s’installer au Chili quelques mois, le temps de trouver un emploi. Doucement, de l’ébauche, nous arrivons à un plan précis, je vous explique ça dans la rubrique avant le départ. Pour économiser nos sous, nous pensons au volontariat, le logement en échange de quelques heures de travail, c’est un bon compromis.

Julien n’est pas très emballé par cette idée et nous décidons que nous utiliserons ce système uniquement dans les pays où la vie est plus cher, comme au Costa Rica par exemple. Contre tout attente, il se prend au jeu et nous finissons par être bénévole dans tous les pays que nous traversons.

A propos de mon voyage en solo

Après presque deux ans de voyage ensemble à parcourir l’Amérique Latine, l’Asie, la Martinique et le Canada, les choses changent, nous ne sommes plus sur la même longueur d’onde. Julien voudrait se poser quelque temps et moi, je veux continuer à découvrir le monde. Le dialogue est de plus en plus difficile. Les disputes s’enchaînent et sont de plus en plus fortes.

En août 2019, je le laisse au Canada pour continuer ma descente vers les USA. J’ai besoin de me retrouver, peut-être qu’être ensemble 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 nous a étouffé. Je ne sais plus qui je suis, ni ce que je veux. J’ai besoin de faire le point.

Voilà comment j’en suis arrivé à descendre les USA seule et à parcourir le Mexique à la recherche de mon bonheur personnel.

Petit résumé en vidéo

Dans cette petite vidéo sur YouTube, je vous explique un peu mon parcours. N’hésitez pas non plus à aller voir la vidéo expliquant ma première année en solitaire.

Si vous aimez lire mes écrits et que vous voulez me soutenir financièrement, n’hésitez pas à faire un don sur mon compte Paypal en cliquant sur le bouton.

Contact - vielles boites aux lettres en métal

Contactez moi

Parce que ce blog a avant tout pour but de partager des points de vue et entrer en contacte avec mes lecteurs.
J’ai mis en place ce formulaire pour apprendre à mieux vous connaitre, pour répondre à vos questions et connaitre votre avis sur mon travail.

    Maintenant que tu connais le contenu de ce blog, n’hésite pas à t’inscris-toi à la newsletter pour ne plus rater aucun article!