Ju et Stl en vadrouille

Notre voyage à la "locale"

L'annonce à la famille

L’annonce à la famille

Spread the love

Comment informer la famille?

L’annonce

Faire ce genre d’annonce n’est pas aussi facile qu’on pourrait le croire. Les grandes lignes de notre projet tracés, nous sommes impatients d’en faire part à nos proches.

C’est lors d’une soirée Halloween, réunissant la famille de Julien, que nous annonçons la nouvelle. La semaine suivante, c’est au tour de la famille d’Estelle.

L’annonce semble ne toucher personne. Nous sommes un peu déçus, cette décision est tellement importante pour nous. Avec le recul, nous nous rendons compte que les gens s’y sont intéressés, ils ont posés des questions, mais nous n’avions aucune réponse à leur donner. Nous n’étions qu’au début, ça faisait à peine une semaine que nous avions pris notre décision et nous avions un an pour mettre tout ça en place, nous n’avions pas encore pris le temps de faire beaucoup de recherches. Notre priorité était d’informer les personnes qui allaient être touchées de plus près par ce projet, un peu fou, il faut l’admettre.

Qu’avions-nous à annoncer?

Nous savions que nous voulions faire un tour d’Amérique Latine de trois mois, et nous installer dans le pays qui nous aurait le plus plu. Nous ne savions même pas quels pays nous allions traverser, sûrement Cuba, mais pour la suite, il fallait encore qu’on se penche sur le sujet. Pour financer tout ça, nous allions vendre tout ce que nous avions. C’était à peu près tout ce que nous avions à expliquer.

En analysant ces éléments, nous avons mieux compris pourquoi les gens ne semblaient pas nous prendre au sérieux, nous étions dans le flou le plus complet.

Lorsqu’on se lance dans ce genre d’aventure, on voudrait être soutenu par ses proches et ça peut être décourageant de ne pas avoir de retour. Mais il est difficile d’accorder du crédit à un projet à l’état d’ébauche.

Qu’avons-nous appris?

Le conseil que nous pourrions donner, c’est de choisir le moment de l’annonce en connaissance de cause. Si vous présentez votre projet lorsqu’il est à l’état d’embryon, vous ne devez pas vous attendre à de l’enthousiasme de votre public. Pour être crédible, un projet doit comprendre des détails, sinon, les gens ne peuvent pas se sentir concernés (à part les enfants qui n’ont pas besoin de concret), c’est humain.

L’une des sœur de Julien nous a d’ailleurs confessé avant notre départ que lorsque nous avons parlé de notre idée, elle n’y croyait pas, c’est devenu vrai au moment où nous avons quitté notre appartement.

L’avis de Julien :

« L’annonce… Ce moment où je pensais qu’on allait provoquer chez nos proches un émoi fantastique, entre joie et tristesse, bonheur et intérêt.

Et puis, pas grand chose… sur le coup, ça m’a déçu, je l’avoue.

Mais avec le recul, il faut bien l’admettre, je les comprends. Qu’avions-nous à annoncer, si ce n’est qu’on avait « le projet de partir dans un an ». Sans réponse quant à la destination finale, le trajet pour y arriver et la date précise de notre départ.

Dans les deux familles, le peu de réaction a réveillé chez moi le même sentiment, celui d’être un peu incompris.

Par contre, cela à permis d’être quand même un peu questionné, et ça a également créer chez moi une sorte de petite frayeur face aux nombreuses réponses que nous n’avions pas encore, et la peur de la quantité énorme de choses à faire pour y arriver.

Mais surtout, le fait de l’annoncer transformait le départ en un engagement personnel. »


Les plus :

  • Sentir l’excitation monter au moment de l’annoncer

  • Se sentir un peu la star de la soirée

  • Pouvoir expliquer notre projet et se projeter

Les moins :

  • Le manque d’enthousiasme par rapport à ce que j’imaginais

  • Réaliser que le départ, c’est aussi dire aurevoir

  • Etre confronté aux questions pour lesquelles je n’ai pas encore de réponse… et réaliser qu’on n’a vraiment pas encore pensé à tout


L’avis d’Estelle :

« Annoncer à ma famille que je voulais partir loin d’eux était un grand moment. Je m’attendais à plus de réaction de leur part, un peu de tristesse, car c’est ce que ça évoquait chez moi. Partir loin de ma famille, c’est l’aspect du départ qui était le plus dur à imaginer. Mais je sentais que c’est ce que j’avais besoin de faire en dépit de ces boules à l’estomac et à la gorge qui grandissaient.

Ils posaient plein de questions, mais ils ne se rendaient pas compte que nous avions pris la décision que deux semaines avant et que nous n’avions même pas encore pensé à tous ces détails. J’avais l’impression que ça ne leur faisait ni chaud ni froid que je parte loin. Lorsque je leur demandais s’ils allaient venir me rendre visite, je n’avais pas vraiment de réponse, et ça, c’était encore plus dur. Comme s’ils se fichaient de mon départ. Je savais que la décision venait de moi et que je devais assumer mon choix. Maintenant, je comprends que pour eux, ce n’était pas concret et peut-être même que le jour de mon départ n’arriverait jamais. »

Les plus :

  • L’enthousiasme engendré

  • Le partage de notre excitation

  • L’investissement de l’entourage

Les moins :

  • Le manque d’enthousiasme

  • La peine que ça engendre chez les proches et pour nous

  • Le scepticisme de certains

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.